Une coopération tournée vers l’avenir

La ministre espagnole des affaires extérieures, Mme Ana Palacio, s’est félicitée de la bonne marche des groupes de travail maroco-espagnols et du nouveau climat qui caractérise les relations entre les deux pays depuis le retour des ambassadeurs.
Intervenant lundi devant la commission des affaires extérieures au sénat, Mme Palacio a qualifié d’ «importante» l’initiative prise par Rabat et Madrid de mettre sur pied cinq groupes de travail chargés d’examiner les questions relatives aux affaires politiques, à l’immigration, à la délimitation des eaux maritimes et aux relations économiques et liens entre les sociétés civiles. Elle s’est réjouie, d’autre part, de l’amélioration de l’activité des entreprises espagnoles au Maroc, notant que la coopération intergouvernementale portera cette année sur 12,7 millions d’euros.
Dans une déclaration, lundi à la chaîne de télévision privée « Antena 3 », Mme Palacio a affirmé que « les relations entre le Maroc et l’Espagne ont inauguré une nouvelle étape ». De son côté, l’ambassadeur d’Espagne à Rabat, Arias Salgado, a annoncé dans une déclaration à la presse, dont la traduction a été publiée mercredi par le quotidien «Assahra Al Maghribia», que «les relations entre les deux pays, dans leur globalité et leur complexité, ne peuvent être influencées par une friction diplomatique».
La rupture du dialogue diplomatique et politique n’a pas eu d’impact négatif sur les échanges culturels, commerciaux et sociaux, a-t-il fait remarquer, estimant que ces échanges et la profondeur des liens humains entre les deux peuples «dépassent le niveau des rapports diplomatiques et incitent à rééquilibrer » les relations bilatérales. Pour ses projets d’avenir visant à contribuer au réchauffement des relations entre Rabat et Madrid, M. Salgado a annoncé la préparation de visites de travail au Maroc de membres de gouvernement espagnol, l’objectif étant de mettre en place un programme de coopération concret sur le court et le moyen termes.
A propos de la réunion prévue au courant de 2003 entre les deux premiers ministres, dans le cadre des dispositions de l’accord d’amitié, de bon voisinage et de coopération signé en 1991, l’ambassadeur espagnol a émis le voeu de voir cette rencontre raffermir la réconciliation entre les deux pays et confirmer la reprise de confiance pour un avenir empreint de paix, de progrès et de prospérité pour les deux peuples.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *