Une délégation belge à Laâyoune

Une délégation d’hommes politiques belges est en visite d’information dans les villes marocaines du Sud depuis vendredi 8 juillet. Cette délégation est menée par le maire de Molenbeek Saint-Jean et sénateur fédéral Philippe Moureaux et comprend d’autres personnalités politiques dont une parlementaire bruxelloise et le maire d’Ixelles.
Elle est arrivée au Maroc sur invitation du Conseil municipal de Laâyoune, ville où ses membres ont eu de multiples entretiens avec les élus communaux, mais aussi avec le président du Conseil régional de Laâyoune-Boujdour-Sakia Lhamra.
Pour l’essentiel, ces entretiens ont porté sur la régionalisation, mode érigé par le Maroc comme solution viable au conflit créé autour de son intégrité territoriale. Selon la MAP, les responsables locaux ont expliqué à la délégation belge les tenants et aboutissants de ce conflit créé de toutes pièces par les ennemis du Maroc.
M. Philippe Moureaux et ses compagnons ont d’ailleurs eu le loisir de s’enquérir des projets sociaux réalisés ou en cours de l’être au profit des populations du Sahara marocain. La délégation belge a ainsi visité la station d’épuration des eaux souterraines et le projet d’assainissement liquide à Tarfaya.
Hier dimanche, elle devait se rendre dans une coopérative laitière à Foum El Ouad, à une station de dessalement d’eau de mer et au port de Laâyoune.
Les élus belges devaient également visiter plusieurs autres projets de proximité sociale dont l’hôpital de Laâyoune et terminer leur visite par plusieurs autres rencontres dans le chef-lieu du Sahara marocain. Il sera notamment question de rencontres ouvertes avec des représentants de la société civile, mais aussi avec les chioukhs impliqués dans les opérations d’identification. L’occasion, pour les hôtes de Laâyoune, d’avoir encore une idée plus claire des véritables enjeux dans nos régions du Sud.
La visite à Laâyoune, et dans d’autres localités du Sahara marocain, de la délégation belge arrive au moment où le Maroc fait l’objet d’une campagne de dénigrement orchestrée par des associations ou groupes politiques ouvertement hostiles au Royaume et qui avaient essayé d’utiliser les « événements» de fin mai dernier à cette finalité.
Les autorités marocaines ont réagi de manière ferme pour contrer les sympathisants des séparatistes en refusant l’accès du sol marocain à plusieurs associations et délégations venues soi-disant suivre les procès de Laâyoune et parmi elles une délégation norvégienne d’associations pro-Polisario dont les membres ont été refoulés la semaine dernière. Philippe Moureaux, lors de son périple au Sahara marocain, a promis de fidèlement transmettre aux politiques et à l’opinion publique belges la réalité des choses comme il a eu le loisir de s’enquérir durant cette visite et notamment suite aux multiples rencontres tenues avec différents intervenants : élus, associations… Philippe Moureaux, sénateur fédéral, est en même temps maire de la Commune bruxelloise Molenbeek Saint-Jean, localité belge à accueillir une très forte communauté marocaine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *