Une délégation du HCDH de l’ONU s’entretient avec plusieurs responsables marocains

La première chaîne de télévision nationale a rapporté lundi, dans son journal  de la soirée, que les membres de la délégation du Haut commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme, composée de M. Christophe Giraud, de Mme Rouieda Al Haj et de Mme Karine Lick, ont eu des entretiens à Rabat avec plusieurs responsables marocains, précisant que "la mission de cette délégation consiste à s’enquérir de la situation des droits de l’Homme au Maroc particulièrement dans les provinces du Sud".

Dans une déclaration à la première chaîne, M. Christophe Giraud a précisé que la mission de la délégation a commencé "à Rabat pour se poursuivre à Laayoune, Tindouf, puis à Alger", ajoutant que cette délégation "soumettra un rapport sur sa visite au Haut commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme".

Le responsable onusien a tenu à préciser qu’il s’agit là d’"une mission d’information".

Pour sa part, le Secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la coopération, M. Omar Hilale a indiqué que "la mission de cette délégation à pour but de recueillir des informations sur les soi-disant violations", rappelant que "le Maroc a fourni des réponses à ce sujet" et que la délégation s’est montrée compréhensive.

Au Conseil Consultatif des Droits de l’Homme (CCDH), la délégation a pu prendre connaissance de l’expérience marocaine en matière des droits de l’homme et de celle de l’Instance Equité et réconciliation (IER), particulièrement en ce qui concerne le dossier des indemnisations.

M. Mahjoub Al Hiba, secrétaire général du CCDH, a indiqué, que lors d’une réunion avec la délégation, il a été souligné que l’IER "a traité l’ensemble des victimes en se référant aux mêmes critères, abstraction faite des régions" auxquelles appartiennent ces victimes, notant que la délégation s’est informée des "programmes que nous mettons en oeuvre dans les provinces du sud et nous lui avons expliqué l’importance du dialogue et du débat public ouvert, que l’IER a tenu à initier dans ces provinces en ce qui concerne les questions des droits de l’Homme".

Pour sa part, la députée, Mme Guejmoula Bent Abi a indiqué que les entretiens que des parlementaires et des acteurs dans le domaine des droits de l’Homme, dont certains sont issus des provinces du sud, ont eus avec la délégation "se sont déroulés dans un climat empreint de franchise, de transparence et de responsabilité".

Les responsables marocains ont, lors de leurs entretiens avec la délégation du Haut commissariat de l’ONU des droits de l’Homme, réitéré leur condamnation des violations perpétrées dans les camps de séquestration de Tindouf, appelant la communauté internationale à enquêter sur la destination des aides humanitaires internationales qui sont détournées de leur objectif initial.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *