Une des pages rayonnantes de l’histoire du Maroc

Une des pages rayonnantes de l’histoire du Maroc

Le Maroc célèbre ce mercredi le 432ème anniversaire de la glorieuse bataille d’Oued El Makhazine (4 août 1578) qui fut l’un des moments forts de l’histoire de la lutte héroïque menée par le Royaume contre les tentatives de domination des forces étrangères. Ce fait marquant de l’histoire du Maroc reflète la grandeur du peuple marocain ainsi que son attachement à la liberté, à l’indépendance et à la préservation de sa souveraineté et de son intégrité territoriale. La position stratégique du Maroc ainsi que ses ressources naturelles ont suscité la convoitise des pays européens qui décidaient à plusieurs reprises de s’emparer de ses richesses. C’est vers la fin du mois de février 1578 que le monarque portugais, soutenu par plusieurs pays européens, a fermement décidé de conquérir le Maroc. Don Sébastien conduisait alors l’armée du Portugal, qui constituait à l’époque une force coloniale et militaire à l’échelle mondiale, afin de mener une guerre croisade contre le Maroc. Le 25 juin 1578, les forces portugaises embarquent de Lisbonne à bord de 1.200 bateaux. Informé de cette campagne, le Sultan Abdelmalek Saâdi décida de diriger lui-même son armée à Ksar El Kébir. Le Sultan envoya une lettre de provocation à Don Sébastien pour le faire avancer jusqu’à Loukous, dans la région de Souakene, en vue de l’isoler de sa flotte maritime, qui était son point fort et constituait la source de ravitaillement de ses troupes en armes et en munitions. Don Sébastien tomba dans le piège et donna son ordre de marcher sur Ksar El Kébir et de traverser Oued El Makhazine. Après démolition du pont de l’Oued par les Marocains, la bataille s’engagea le lundi 4 août 1578 au voisinage de la rivière Oued Al-Makhazine. La bataille s’achève par une victoire écrasante du Maroc sur le Portugal, les trois rois engagés dans le combat y trouvent la mort, Don Sébastien, son allié Mohamed El Moutaouakil et le Sultan Abdelmalek Saâdi qui décédera des suites d’une maladie, mais sa mort ne sera annoncée qu’une fois la victoire du Maroc proclamée. Le Portugal demandera par la suite à Ahmed Mansour Eddahbi, proclamé Sultan à l’issue de la bataille, le rapatriement de la dépouille du roi Don Sébastien au Portugal. Le Sultan marocain avait ordonné alors la remise de la dépouille du roi portugais aux siens sans contrepartie. Le retentissement de ce triomphe marqua toute la Méditerranée et fit du Maroc une nation forte qui s’est érigée dès lors en une véritable puissance régionale en Afrique et au niveau méditerranéen. Cette mémorable bataille, connue également sous le nom de la bataille des Trois Rois, avait mis le holà aux visées expansionnistes chrétiennes. L’historien français Fernand Braudel et auteur de «La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II» a écrit à ce propos que «cette désastreuse campagne dans les terres marocaines fut la dernière croisade de la chrétienté méditerranéenne». Outre ses profondes significations, cette bataille revêt une valeur symbolique dans la mémoire du peuple marocain et témoigne de la cohésion entre toutes les composantes de la société. Cet anniversaire se veut également un fort évènement historique, en particulier pour les générations montantes, pour s’arrêter sur des moments de fierté et de sacrifice du peuple marocain pour la défense de l’identité nationale, des valeurs sacrées et des constantes du Royaume.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *