Une escroquerie de haut vol

Une escroquerie de haut vol

Chambre correctionnelle près la Cour d’appel d’El Jadida. Milouda, Malika et Youssef étaient au box des accusés, poursuivis en état d’arrestation, pour escroquerie. À leurs côtés, se tenait Messaoud, un jeune homme d’une vingtaine d’années, sans profession depuis qu’il a décroché sa licence en droit.
Ce dernier s’est constitué partie civile contre les trois mis en cause. Il est la seule des victimes à avoir porté plainte contre eux. Avec un seul objectif : récupérer les quarante mille dirhams qu’il avait versés à Milouda.
Quelle relation avec Malika et Youssef ?
L’histoire a commencé quand Messaoud a entendu que Youssef, son voisin à Had Ouled Frej, dans la province d’El Jadida, entretenait une relation avec Malika, une femme du douar, qui connaissait une autre femme, Milouda, demeurant à Casablanca. Cette dernière a la possibilité de le faire embaucher au sein de la Gendarmerie Royale. Messaoud qui ne supporte plus le calvaire du chômage, s’est adressé à Youssef lui demandant de l’aider à faire la connaissance de Malika. Sans perdre de temps, celui-ci l’a conduit vers le domicile de Malika, quadragénaire, mère de trois enfants. “Oui, Milouda est de ma famille et elle peut t’aider…et c’est également l’occasion pour moi de lui demander de trouver un emploi pour ma fille“, lui dit-elle. Ils ont fixé rendez-vous pour le lendemain. Le jour “J“, ils se sont rendus à la gare routière afin de prendre le car pour Casablanca. Dès leur arrivée, ils ont téléphoné à Milouda, qui les a rejoints au centre-ville. Messaoud les a invités à prendre un café pour converser.
Au départ, Malika a expliqué à Milouda que Messaoud est un “fils du douar“ qui jouit d’une bonne réputation et qui a décroché depuis deux ans sa licence. “Il a frappé à toutes les portes pour avoir un travail honnête et digne…Mais en vain“, a-t-elle expliqué à Milouda qui l’écoutait avec attention. Messaoud se contentait de les regarder sans dire mot. Prenant la parole, Milouda leur a expliqué qu’elle était prête à le faire embaucher à la Gendarmerie Royale. Seulement, il devait lui verser une somme de 40 mille dirhams. “Soyez sûrs que je n’empocherais aucun sou…je vais verser cette somme aux intéressés “, les rassure-t-elle. A ce moment, Malika n’a pas voulu rater l’occasion pour lui demander de chercher un emploi pour sa propre fille. “Je ne te cache rien, tout le monde veut de l’argent dans cette ville, tu dois revenir chez moi avec 40 mille dirhams“, lui dit-elle.
Deux jours plus tard, Malika et Messaoud arrivent chez Milouda avec l’argent. Quand ils l’ont rencontrée, Messaoud lui a versé un acompte de 10 mille dirhams et Malika un acompte de 20 mille dirhams. “Mais les personnes qui vont nous aider veulent tout leur argent sur table“, leur a-t-elle affirmé. Ils lui ont promis de verser le reste de la somme dans les trois jours.
Après avoir rebroussé chemin, ils sont revenus chez elle avec le reste des sommes d’argent. Miloud lui a versé 30 mille dirhams et Malika 20 mille. Il ne reste plus que Messaoud et la fille de Malika soient embauchés, le premier à la Gendarmerie Royale et la seconde dans une société privée. Deux mois plus tard, le rêve de Messaoud et de la fille de Malika devient un mirage. Messaoud a réclamé à maintes reprises son argent. Mais en vain. Il a enfin compris qu’il a été piégé par des escrocs et a porté plainte contre Malika, Youssef et Milouda. L’enquête menée par les éléments de la Gendarmerie Royale a conclu que Milouda est un escroc qui a filouté plusieurs victimes, alors que Malika et Youssef étaient ses rabatteurs.
Bien que ces trois mis en cause aient nié les charges retenues contre eux, la cour a condamné les deux femmes à un an de prison ferme et Youssef à 4 mois de prison ferme. Le jugement est assorti de la décision de rendre à Messaoud son argent en bénéfiçiant d’un dommage et intérêt de 4 mille dirhams.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *