Une fausse promesse de mariage fatale

Une fausse promesse de mariage fatale

Nadia, dix-sept ans, est une étudiante bien disciplinée et assidue aux cours. C’est l’avis favorable et unanime des professeurs, amis, voisins et parents de la jeune adolescente. Malgré son très jeune âge, elle semblait une fille tranquille et sérieuse qui ne s’intéressait qu’à ses études. C’est du moins ce que remarquaient ses parents, ses voisins et ses amies. Cependant, son comportement a changé depuis quelque temps. Nadia ne rentre plus à l’heure chez elle, son téléphone portable sonne souvent à une heure tardive et elle passe des heures à converser avec la personne qui est à l’autre bout du fil. Elle néglige de plus en plus ses études. Son père qui a remarqué ce changement s’est rendu, à son insu, à son lycée. Il a appris qu’elle est toujours assidue aux cours mais ne manifeste plus d’intérêt pour ses études. Elle n’apprend plus ses leçons comme auparavant. Très inquiet, son père se préoccupe davantage de son état.
Le rêve de voir sa fille adorée réussir le berçait depuis des années. Certes, Nadia déployait de grands efforts pour y arriver. Elle espérait décrocher un diplôme universitaire puis un emploi honnête. Pour avoir le cœur net, le père a décidé de la surveiller secrètement.
Un vendredi matin, Nadia est sortie de chez elle. Son père l’a suivie. Elle sillonnait les rues et les boulevards. Quelques minutes plus tard, elle s’est arrêtée devant un immeuble sis au quartier Maârif, à Casablanca. De loin, son père l’espionnait. Quand elle s’est apprêtée à appuyer sur l’interphone, son père, très en colère, lui tient durement la main et lui demanda des explications. Perturbée, Nadia est restée bouche-bée pour quelques secondes avant de lui confier avoir un rendez-vous avec son amie Samira. «Quelle Samira ?», lui a-t-il demandé sur un ton dur. Nadia a balbutié quelques mots incompréhensibles. Le père reprit son calme et lui demanda le numéro de téléphone de son amie Samira. Il composa le numéro :
«Allo ! Es-tu Samira, l’amie de ma fille Nadia ? Demeures-tu au quartier Maârif ?» interroge-t-il calmement Samira.   
Samira lui a répondu être bel et bien l’amie de Nadia, mais qu’elle ne demeure pas au quartier Maârif. Bref, sa fille a menti.
Le père a conduit sa fille à la maison. Hors de lui, il l’insulta et la frappa. La mère tentait de calmer son mari. Mais en vain. Il continuait à la frapper violemment. Ne supportant plus les coups de son père, Nadia décide de tout avouer. Elle confie à ses parents qu’elle entretenait, depuis un mois et demi, une relation avec un jeune homme qui l’a dépucelée. C’était un grand choc pour les parents ! Le lendemain, le père l’a emmenée au commissariat de Derb Omar pour déposer une plainte contre l’homme qui l’a dépucelée.
Ces derniers ont tendu une souricière pour arrêter le jeune homme qui a abusé d’elle. Nadia lui a téléphoné pour la rejoindre et l’emmener vers l’appartement du quartier Maârif. Dix minutes plus tard, le jeune homme a garé sa Mercedes 250 devant l’immeuble. Il s’apprêtait à l’embrasser quand brusquement les policiers l’ont alpagué.
Au commissariat, il tournait ses yeux à gauche et à droite parce qu’il ne savait pas la raison pour laquelle il a été appréhendé. Le chef de la brigade lui explique qu’il a été arrêté pour abus sexuel sur mineure. Il n’a pas cru ses oreilles.  «Elle n’était pas vierge et elle couchait de son plein gré avec moi», a-t-il répondu. Pour tirer l’affaire au clair, les éléments de la 13ème section judiciaire de la brigade urbaine du district de Casablanca-Anfa ont mené des investigations approfondies.
Soumise aux interrogatoires serrés, Nadia a fini par avouer avoir, il y a une année et demie, une relation avec un ressortissant marocain en Espagne. Ce dernier lui a promis le mariage. Mais, il a regagné l’Espagne après lui avoir promis de revenir pour l’épouser. En attendant son retour, elle a entretenu une relation avec Ahmed. Celui-ci l’a invitée à l’appartement du Maârif et a couché avec elle.
Ahmed a révélé que l’appartement appartient à un Français d’origine algérienne. Ce dernier est arrêté pour aménagement d’un lieu à la débauche et est traduit devant la Chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca en compagnie d’Ahmed poursuivi pour détournement de mineure et attentat à la pudeur. Alors qu’une note de recherche a été lancée contre le ressortissant marocain en Espagne.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *