Une femme marocaine parmi les accusés

Une femme marocaine parmi les accusés

Une quinzaine de chefs d’Etat et de gouvernement et plusieurs personnalités internationales ont assisté, hier, aux funérailles d’Etat organisées à la cathédrale de l’Almudena de Madrid à la mémoire des victimes des attentats du 11 mars. Le Maroc était représenté à ces funérailles par SAR le Prince Moulay Rachid qui a transmis à leurs Majestés Juan Carlos Ier et Donia Sofia les condoléances de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et du peuple marocain pour les victimes des attentats de Madrid qui ont fait 190 morts dont les trois Marocains Ben Salah Imaddaouane Sanae, Itaben Mohamed et El Amrati Ossama.
La cérémonie, qui s’est déroulée dans un climat marqué par la douleur et le recueillement, a été présidée par l’archevêque de Madrid, Antonio Maria Rouco Varela, et concélébrée par une trentaine d’évêques venus de toutes les régions d’Espagne.
Les rois d’Espagne, entourés du président du gouvernement sortant, José Maria Aznar, et du président du gouvernement élu, le socialiste José Luis Rodriguez Zapatero, ont reçu les condoléances des personnalités étrangères venus manifester leur solidarité à l’Espagne.
On citera notamment, le président de la République française, Jacques Chirac, le Premier ministre britannique, Tony Blair, le chancelier allemand, Gerhard Schröeder, et le secrétaire d’Etat américain, Colin Powell.
Outre les personnalités officielles, les familles des victimes ont été conviées à la cérémonie.
Par ailleurs, l’enquête sur les ramifications du réseau terroriste ayant perpétré les attentats continue d’avancer à pas sûrs grâce à la coopération de plus en plus efficace des services de sécurité espagnols et leurs homologues marocains et la collaboration des services de renseignements français, allemands, belges, italiens et britanniques qui ont créé une cellule de coordination basée à Madrid, afin de faciliter le travail de coordination et d’échange d’informations.
Les dernières révélations sur l’évolution de l’enquête font état de l’arrestation de quatre nouveaux suspects marocains et qui devaient être présentés, hier, au juge d’instruction chargé de l’affaire, Juan del Olmo. Selon des sources judiciaires espagnoles, il s’agit de trois hommes et une femme du nom de Naïma Oulad.
Les autres sont le frère de cette dernière, Khalid Oulad, Fayçal Allouch et Rafa Zouhair. Naïma serait ainsi la première femme arrêtée dans le cadre de l’enquête sur les attentats de Madrid.
Pour ce qui est des personnes inculpées, des informations rapportées par la presse espagnole, hier, affirment que de nouvelles preuves ont permis de renforcer l’accusation contre le principal accusé, le Marocain Jamal Zougam et son compatriote, Abderrahim Zbakh.
La police aurait relevé des empreintes des deux détenus sur la fourgonnette ayant servi à transporter les explosifs et sur le sac à dos piégé.
Ainsi, les empreintes de Zougam auraient été relevées sur le véhicule localisé le jour des attentats, le 11 mars à la gare d’Alcala de Henares et qui a été utilisé par les terroristes pour transporter les explosifs avant de les placer dans les quatre trains qui ont explosé dans les trois gares ferroviaires de la capitale espagnole.
La police aurait aussi relevé des empreintes d’Abderrahim Zbakh, sur le sac à dos piégé dont la bombe n’avait pas explosée.
Zbakh, un jeune Marocain originaire de Tanger est licencié en chimie de la faculté des sciences de Tétouan.
Selon les enquêteurs, Zbakh, connu dans son entourage comme « Abderrahim le chimiste », se serait chargé de la fabrication des treize bombes qui ont été utilisées dans les attentats.
Ainsi, le nombre des Marocains arrêtés dans le cadre de l’enquête s’élève à dix détenus. Toutefois, les enquêteurs demeurent convaincus de l’existence d’une tête pensante appartenant à l’organisation d’Al Qaïda et qui serait venue en Espagne pour planifier les opérations terroristes.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *