Une mère de famille auteur d’un vol «en état de nécessité»

Une jeune mère de famille sans emploi qui avait tenté de voler pour 4.000 FF (609 euros) de marchandises dans un supermarché de Rillieux-la-Pape (Rhône) mais avait été dispensée de peine par le tribunal devra répondre à nouveau de sa tentative de larcin devant la Cour d’Appel de Lyon, le 8 janvier 2002, à la suite de l’appel du procureur de Lyon.
Celui-ci, Christian Hassenfratz, ne voulait pas «laisser s’établir une jurisprudence fondée sur l’état de nécessité», explique-t-on vendredi de sources judiciaires.
La jeune femme, âgée de 26 ans, élève sept enfants, trois auxquels elle a donné le jour et quatre que son compagnon a eu avec une autre femme. Elle vit dans un camp de nomades, vaguement sédentarisés. Elle dispose pour toutes ressources des allocations familiales et du revenu minimum d’insertion.
Le 21 décembre 2000, l’envie de faire des cadeaux à ses enfants a été la plus forte. Elle est entrée dans un supermarché, a rempli un chariot: saumon, peluches, poupées, trottinette, gigot et couches culottes, et a tenté de passer sans payer.
Dénoncée par une autre cliente, elle a aussitôt été interpellée par des vigiles qui ont récupéré l’intégralité de la marchandise. La direction du supermarché a décidé de porter plainte et l’affaire a suivi son cours jusque devant le tribunal.
À l’audience, le substitut du procureur a constaté «l’état de nécessité» et estimé que «ce genre d’affaire ne devrait même pas arriver devant les tribunaux. Il y a des choses plus graves à régler».
Dans son jugement, le tribunal n’a pas totalement suivi le ministère public puisqu’il a déclaré la jeune femme coupable de vol mais l’a toutefois dispensée de peine.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *