Une ONG sahraouie et le parti Amal interpellent le gouvernement Suédois sur la situation des sahraouis à Tindouf

Au terme de plusieurs rencontres avec des acteurs politiques suédois, le secrétaire général du parti Amal, M. Mohamed Bani, un Sahraoui de souche né à Lâayoune, a adressé au Premier ministre suédois, Goran Persson, une lettre dans laquelle il demande l’intervention de la Suède pour "la libération des Sahraouis toujours retenus par l’Algérie dans les camps de Tindouf pour qu’ils puissent rejoindre leurs familles vivant en toute quiétude au Sahara marocain". M. Bani adresse cette lettre au Premier ministre suédois en sa qualité de "Sahraoui originaire des provinces sahariennes marocaines, né à Lâayoune, chef-lieu de ce territoire qui a été récupéré par la mère patrie, le Royaume du Maroc, en 1975". Il dénonce "l’immixtion de l’Algérie dans les affaires intérieures du Maroc  et l’image déformée qu’elle donne" du conflit du Sahara, relevant que les dirigeants algériens visent uniquement à "mystifier l’opinion publique internationale, surtout les pays qui ne connaissent la question du Sahara marocain qu’à travers la propagande algérienne dont l’unique souci est de porter atteinte à l’image du Maroc". "Nous vous demandons d’intervenir pour clore définitivement ce dossier qui dure depuis 30 ans et pour mettre un terme à ce conflit artificiel, eu égard à votre engagement dans la défense des droits de l’homme, de la paix et de la sécurité internationales", écrit M. Bani dans sa missive au Premier ministre suédois. Le secrétaire général du parti Amal souligne aussi les efforts déployés par le Maroc pour régler ce conflit, créé et entretenu par l’Algérie, mettant en exerce le discours prononcé par SM le Roi Mohammed VI le 6 novembre dernier et dans lequel le souverain a proposé l’autonomie des provinces sahariennes dans le cadre de la souveraineté du Maroc.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *