Une organisation au service des autres

La Fondation s’est consacrée à aider les démunis de chaque communauté et ce, à travers le monde entier. Leurs activités ont lieu quelles que soient la nation, la race ou l’appartenance culturelle et religieuse. Depuis sa création, la Fondation s’est consacrée à aider les démunis de chaque communauté et ce, à travers le monde entier.
Au Maroc, les Lions se sont investis sur le plan médical et social, donnant aux femmes un rôle prépondérant dans leur mouvement, et devraient être encore plus présentes dans les structures nationales des Lions Clubs. Ces derniers ont mis en place des opérations de dépistage, de distribution de plus de 80 000 paires de lunettes à travers les différentes provinces du pays. Les prises en charge médicales représentent 2000 opérations de la catarate en 2000 et 3000 opérations en 2002. Cela va sans parler des distributions de denrées alimentaires et de vêtements, organisées régulièrement. La rentrée scolaire 2002-2003 a connu la distribution de plus de 5000 cartables avec leurs fournitures scolaires. Ce lot a été offert par les 23 clubs qui ont souscrit à cette action nationale d’aide à la rentrée scolaire d’enfants issus de familles nécessiteuses. Cette opération a été initiée par le gouverneur du district (Lions club Casablanca Doyen) Aomar Berrada. Une première expérience que les Lions Clubs du Maroc peuvent capitaliser pour recommencer l’an prochain et les années à venir.
Selon Essaid Benkirane, le gouverneur du district, élu pour l’exercice 2002-2003, l’opération «cartables» a connu une importante participation des sponsors. «Le rôle des Lions Clubs est plutôt celui de catalyseur entre ceux qui ont de l’argent et ceux qui n’en ont pas», explique-t-il. Seuls donc, ou en liaison avec d’autres partenaires, les Lions ont parrainé différents centres sociaux et médicaux et ont engagé des fonds comme pour la construction du centre socio-éducatif «Tofola Chaïbia», à Rabat, la construction d’un centre d’intégration professionnelle et sociale pour les femmes du douar Ouled Ahssoune ( Marrakech), la création d’un centre pour les enfants diabétiques de Derb Soltan (Casablanca) et de Taza, et enfin le projet de création d’un centre dentaire à Tata. D’un autre côté, les chiffres des subventions LCIF (Lions Clubs International Federation) octroyées au Maroc sont révélateurs. Un million de dollars US pour la construction du centre ophtalmologique de Bouarfa (Réalisé en 99), 28 000 dollars US pour l’équipement d’un centre de prothèses pour Handicapées à Oujda (en 2001), 129 000 dollars de prise en charge pour des opérations de la catarate, ainsi que la promesse d’une subvention de 200 000 dollars au profit du projet du centre «Princesse Lalla Meryem». Et les Lions Clubs de s’attaquer à l’un des enjeux majeurs des décennies à venir : la conciliation du développement des sociétés humaines avec la préservation des grands équilibres écologiques de la planète. «C’est un véritable défi qui implique de nouvelles formes de responsabilités et d’action, aussi bien individuelles que collectives», considère M. Benkirane. Ce dernier propose que les Lions Clubs, aux côtés des collectivités locales et avec la participation active des citoyens, soutiennent les actions menées «pour un environnement sain».
Sensibilisation, éducation, information etc. Il convient également de signaler dans ce sens que la fondation compte installer un musée, rue Hophouet Boigny à Casablanca d’ici le mois de juin à l’occasion de la Journée internationale de l’environnement. Que d’actions bénéfiques pour les citoyens qui n’attendent que des initiations de ce genre.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *