Une plate-forme pour les Droits de l’Homme

Une plate-forme pour les Droits de l’Homme

Le CCDH (Conseil consultatif des droits de l’Homme) a annoncé, hier à Rabat, la création d’une plate-forme citoyenne pour la promotion de la culture des droits de l’Homme en chantier depuis l’automne 2004. Pour Driss Benzekri, qui s’exprimait à cette occasion, «le développement du Maroc et l’avenir de sa démocratie (…) sont tributaires de la diffusion de la culture des droits de l’Homme et d’un consensus de la société autour de leurs principes et valeurs». Pour le président du CCDH, c’est la meilleure manière de renforcer les acquis en la matière et éviter toute régression ou remise en cause.
L’élaboration de cette plate-forme citoyenne a été confiée à un comité présidé par Amina Lemrini Ouahhabi. Elle s’articule autour de trois principaux axes. Le premier concerne l’implication des institutions à vocation pédagogique à travers les enseignements prodigués aux jeunes générations. Le deuxième porte sur l’institutionnalisation de la formation des intervenants en matière de vulgarisation, alors que le troisième axe porte sur une large diffusion auprès du grand public.
L’élaboration de cette plate-forme a été l’œuvre commune des ONG des droits de l’Homme, des partis politiques et des départements ministériels impliqués dans la question.
Prévue pour une durée de cinq ans, la première année sera consacrée à un travail de planification et de mise en place des structures de travail et d’accompagnement nécessaires. Les trois années suivantes connaîtront la concrétisation, sur le terrain, de cette plate-forme au moment où la cinquième et dernière année sera consacrée à la mise en place d’une stratégie à long terme. Des études comparatives avec les expériences d’autres pays sont également à l’ordre du jour, indique le CCDH.
Le Premier ministre, présent à la cérémonie de lancement de cette plate-forme, s’est engagé au nom du gouvernement à apporter tout l’appui financier et humain nécessaire pour la concrétisation de ce chantier. Driss Jettou a ajouté qu’un tel engagement traduit l’implication en général du gouvernement pour tous les aspects liés à la question des droits de l’Homme.
Le CCDH, qui a parrainé cette initiative, continuera à apporter sa contribution pour la mener à bien comme l’a affirmé Driss Benzekri qui précise que la forme institutionnelle pour ce projet n’a pas encore été arrêtée. Il a toutefois indiqué que le principal souci aujourd’hui est de parvenir à une forme institutionnelle qui serait gage de réussite à cette initiative qui doit être "appropriée par tous les intervenants quels qu’en soient les niveaux de responsabilité".
Le CCDH a adopté la plate-forme citoyenne pour la promotion de la culture des droits de l’Homme en décembre 2006 pour se consacrer, en tant qu’institution nationale, aux aspects de planification et de programmation. Cette plate-forme insiste sur les principes de dignité, de liberté, d’égalité, de justice, de solidarité, de tolérance et du droit à la différence comme fondements des relations entre citoyens, mais aussi entre ces derniers et les intervenants publics et privés. Elle insiste également sur les principes des droits de l’Homme tels qu’ils sont universellement reconnus et comme le stipulent les engagements internationaux du Royaume.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *