Une télévision pour les bérbéres

Une télévision pour les bérbéres

Le PAPU (Pôle de l’audiovisuel public uni) verra prochainement l’arrivée d’un nouveau-né. Il s’agit d’une chaîne amazighe généraliste dont le projet est piloté par le ministère de la Communication, l’Institut royal pour la culture amazighe (IRCAM) et la Société nationale de la radio-télévision (SNRT).
C’est ce qui ressort des déclarations du ministère de la Communication et des responsables de l’IRCAM à l’issue d’une réunion mixte qui se tient de manière périodique pour encourager la présence des produits en langue amazighe dans l’audiovisuel public.
Selon des sources au ministère de la Communication, rien n’est encore définitif ou concret, mais il s’agissait, lors de la réunion de mercredi dernier, de l’officialisation de l’existence de ce projet qui viendra ajouter des "couleurs à un paysage audiovisuel qu’on veut ouvert et multiple".
Selon les mêmes sources, il s’agit aussi de répondre à une des revendications des associations amazighes formulées à travers l’IRCAM. Aucun délai n’a été arrêté jusque-là pour le démarrage de cette nouvelle chaîne. Aucun détail non plus n’est disponible sur les aspects techniques ou financiers de ce futur nouveau-né du PAPU.
A l’IRCAM, une source précise qu’il s’agit d’une chaîne généraliste et variée qui a fait l’objet d’une série de rencontres entre les trois partenaires précités et dont les contours seront arrêtés lors d’une autre prochaine réunion qui s’attellera à mettre les touches finales à l’élaboration de ce projet. Pour alimenter la grille de cette nouvelle chaîne, la même source ajoute qu’il sera fait recours, éventuellement, au même modèle suivi pour le lancement d’"Arrabiâ": le lancement d’appels d’offres pour une série de programmes qui accompagneront le lancement pour que la production-maison puisse prendre les choses en main. Ce qui est sûr, ajoute la même source, est que cette chaîne émettra dans les trois variantes de la langue amazighe (tachelhite, tarifite et tamazighte) selon encore des modalités qui restent à définir.
Chaîne régionaliste qui pourrait être contraire à l’esprit de la loi sur la libéralisation de la communication audiovisuelle ? une autre source de l’IRCAM affirme qu’il n’en est rien puisqu’il sera question d’une chaîne nationale émettant dans une langue que partage une grande partie des citoyens. L’un des schémas retenus également, pour une meilleure connaissance de la langue amazighe, est la mise en place de "fenêtres" en langues arabe et française.
Depuis sa création par Sa Majesté le Roi, l’IRCAM a pu constituer un véritable "stock" de produits de la culture et de la langue amazighes et qui pourrait être d’un grand secours pour la création de la future chaîne. Cet institut a également accéléré, ces derniers mois, le processus de contractualisation avec des chercheurs pour la mise en place de groupes de travail et de recherches.
La SNRT dispose aussi d’inestimables archives de la chanson amazighe et qui pourraient être mises à contribution. D’ailleurs, annonce le ministère de la Communication, la prochaine nouvelle grille de 2M octroiera davantage de place aux produits en langue amazighe.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *