USFP : Un satisfecit mesuré

Contrairement à ce qui été annoncé dans certains milieux partisans, les départements accordés à l’Union socialiste des forces populaires absorbent plus de 40 % de la totalité des budgets consacrés à l’ensemble des départements gouvernementaux, selon des sources proches de ce parti.
Hormis les ministères de la Justice, l’enseignement, la jeunesse et la culture, force est de constater que le cabinet affecté à Mohamed Elyazghi, premier secrétaire adjoint de l’USFP, constitue l’un des grands ministères du gouvernement de Driss Jettou. L’hydraulique, à titre d’exemple, est considérée comme le secteur le plus important au niveau de l’équipement.
Déjà, dans la charte adoptée par l’ex-ministère de l’Aménagement du territoire, l’accent a été mis sur l’importance stratégique de l’eau au Maroc, vu la désertification galopante et la sécheresse, qui est devenue par la force des choses un élément constant et structurel au niveau de l’économie nationale, en général, et par rapport surtout à la situation agraire du pays.
Aussi, dans une note remise à Abderrahmane Youssoufi et à Driss Jettou, M. Elyazghi fait part de la nécessité de créer un ministère propre à la gestion de l’eau et réunir tous les établissements concernés dans ce département. Une idée qui a fait son chemin et bénéficié de l’accord du Premier ministre.
Il faudra souligner que le dispositif et le personnel dont dispose le nouveau ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Eau et de l’Equipement, renferme en son sein d’une direction des aménagements hydrauliques, avec ses différentes divisions, de la direction de la recherche et de la planification de l’eau, des Agences des bassins dont la majorité ne sont pas encore créées.
A cela s’ajoutent la tutelle sur l’ONEP et l’appartenance de plusieurs établissements, comme c’est le cas pour LPEE.
De surcroît, chaque direction régionale dispose d’un service de l’Eau.
En ce qui concerne le personnel, il y a lieu de préciser que, contrairement à ce qui a été annoncé auparavant, le ministère dispose de 3200 cadres et agents, dont 300 ingénieurs.
Par ailleurs, il n’y a pas lieu de parler dès à présent d’une bataille ( ou guerre) des prérogatives et attributions des différents départements liés à ce ministère, notamment en ce qui concerne les cas des secrétariats d’Etat auprès du ministère de l’Aménagement du territoire, de l’eau et de l’environnement, chargé de l’Eau( de Abdelkébir Zahoud) et de l’environnement, qui est entre les mains de M’hamed El Morabit. Car, en dépit de l’appartenance du premier au Parti de l’Istiqlal et du second au Mouvement national populaire, les dispositions de la loi à ce sujet sont claires : les secrétaires d’Etat sont faits pour assister les ministres et non pour leur livrer bataille. D’ailleurs, la bataille livrée par Abdelkrim Benatik à Ahmed Lahlimi s’est soldée par le changement du département du premier. En revanche, ni Khalid Alioua, ni Saïd Saâdi n’ont pu conserver leur place dans le gouvernement précédent, et ce contrairement à Nezha Chekrouni et Abbas El Fassi qui ont pu cohabiter ensemble, sans brandir le fanion de la rupture. D’ailleurs, M. El Fassi n’était en phase avec aucun ministre sans appartenance istiqlalienne. Bref, tout dépend de la méthode de gestion.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *