«Vaincre l autisme» dénonce l immobilisme du gouvernement

«Vaincre l autisme» dénonce l immobilisme  du gouvernement

L’autisme affecte au Maroc une personne sur 100, soit plus de 340.000 personnes. Des statistiques qui sont appelées à augmenter durant les prochaines années faute d’accès au dépistage, au diagnostic et à une prise en charge. Depuis dix ans, l’association «Vaincre l’autisme» se bat pour faire connaître cette maladie qui constitue un grave problème de santé publique. Grâce aux différentes actions menées par l’association, le regard sur l’autisme a changé. Les Marocains sont plus optimistes et commencent à croire en la possibilité de développement des personnes autistes, à leur accès à l’autonomie. Du côté du gouvernement, c’est l’immobilisme total. La mise en place d’un plan pour autistes se fait toujours attendre. Devant cette indifférence, l’association mène une vaste campagne médiatique du 11 au 24 juin afin d’interpeller les autorités et de sensibiliser le grand public. Intitulée «Sans diagnostic, on est encore plus autiste», cette campagne se focalise sur deux axes majeurs, à savoir l’importance du diagnostic pour le traitement et le développement de la recherche. A travers cette opération, «Vaincre l’autisme» entend mettre en exergue l’importance du diagnostic précoce. Sans ce premier pas, l’enfant affecté s’enfoncera davantage dans la maladie. Ses symptômes s’aggraveront et il ne pourra pas bénéficier d’une prise en charge adaptée.
Au Maroc, l’accès au diagnostic relève encore du parcours du combattant. Les parents sont dirigés tantôt vers un pédiatre, un neurologue, un pédopsychiatre ou un neuropsychologue. Ils mènent un parcours désespérant, épuisant et parfois surréaliste pour trouver des réponses et des explications quant aux symptômes que présentent leurs enfants. Devant ce triste constat, l’ONG revendique la mise en place de mesures visant à rappeler aux professionnels leur devoir et obligation d’être à jour dans la connaissance des avancées scientifiques et médicales internationales en matière d’autisme.
Pour l’association, le gouvernement doit garantir aux enfants autistes de meilleurs traitements ainsi que le droit à la scolarisation. Le problème de la scolarisation se pose en particulier pour les enfants gravement atteints. Scolarisés dans des classes ordinaires, ils sont la plupart du temps rejetés par les autres élèves et souffrent du manque de formation des professeurs. Ces enfants peuvent avoir du mal à rester assis en classe, à manquer de concentration ou ne pas comprendre ce qu’on leur demande. Au final, l’enfant se retrouve souvent seul, abandonné au fond de la classe. Ce qui le conduit le plus souvent à quitter l’école. Une scolarisation effective avec une éducation adaptée et individualisée au sein de l’école constitue plus que jamais une priorité. «Vaincre l’autisme» ne compte pas baisser les bras. L’ONG se lance le défi de faire de 2013 l’année de l’autisme au Maroc pour mettre fin aux préjugés et faire face aux facteurs de blocage.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *