Valorisation des produits du terroir

Valorisation des produits du terroir

Le programme "Développement de l’entreprenariat féminin dans le secteur agro-industriel au Maroc", ayant pour objectif de valoriser et de commercialiser les produits du terroir, fait son chemin. Ce projet, qui concerne les activités de trituration d’olives à Jabriyine et Kalaât Bni Rotten (sur l’axe Ouezzane-Chefchaouen), du séchage des figues et prunes à Bouadel dans la province de Taounate et du tissage traditionnel à Aït Hamza dans la commune rurale de Guigou, province de Boulemane, est une réussite. Une opération pilote, au profit de 500 femmes issues du milieu rural, a enregistré des résultats encourageants, souligne le ministère de l’Industrie, du Commerce et de la mise à niveau de l’économie, dans son magazine "Interface" dans son édition du mois de mars 2007. Ainsi, l’opération a permis la mis en place des procédés technologiques permettant aux femmes d’augmenter leur capacité de production et commercialisation des produits nationaux respectant les standards internationaux de qualité. L’introduction de ces nouvelles technologies de production a en effet permis de multiplier la capacité de production d’huile d’olive par dix en passant de 4000 litres en 2002 à 43 000 litres en 2006. Produit de haute qualité et certifié "Bio", cette huile d’olive, fabriquée par ces femmes, a enregistré des ventes de l’ordre de 860 000 DH en 2006 contre 100 000 DH en 2002.
La certification Bio de leur produit a permis à ces femmes entrepreneurs de mieux aborder le marché international. En 2006, elles ont exporté 20 tonnes vers la France contre 8,5 tonnes en 2004. Concernant le séchage des figues et prunes, la technologie du séchoir hybride a permis d’obtenir des produits de bonne qualité, avec une conservation de longue durée et moins de risques de moisissure ou de parasitisme. Pour ce qui est de l’activité du tissage traditionnel, les femmes entrepreneurs bénéficiaires de ce programme, financé par l’Agence espagnole pour la coopération internationale (AECI), ont appris à développer leurs compétences en matière de marketing, de gestion et de commercialisation. Les bénéficiaires ont également appris à mieux gérer leur comptabilité, à mettre en place leur campagne de production et de commercialisation.
Par ailleurs, outre ces importantes réalisations, cette première expérience a premis la création et la consolidation de plus de 500 emplois directs. Vu les résultats satisfaisants de cette expérience du programme "Développement de l’entreprenariat féminin dans le secteur agro-industriel au Maroc", le ministère de l’Industrie et du Commerce prévoit d’étendre l’opération sur tout le territoire national à travers la mise en place de 200 unités de valorisation des produits agricoles (UVAP) et des unités de diffusion technologique (UDT). Rappelons que le programme "Développement de l’entreprenariat féminin dans le secteur agro-industriel au Maroc" est l’une des composantes du programme intégré du Maroc (PIM), projet mis en œuvre en coopération avec le Département du Commerce et l’industrie ainsi que l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *