Vandalisme des trains : Une perte de 4,9 MDH

Les actes de malveillance et de vandalisme qui prennent pour cibles les trains, le matériel et les installations ferroviaires ont coûté à l’Office national des chemins de fer (ONCF) des pertes d’environ 4,9 millions de dh en 2003.
Ces actes, estimés à 2.830 cas, ont également généré le retard de 553 Trains navette rapide (TNR), 653 trains de voyageurs de ligne et 381 autres trains, indique un communiqué de l’ONCF parvenu mardi à la MAP. Les préjudices causés par les seuls jets de pierres contre les trains ont été évalués à 1,28 million de dh, avec un bilan de 1.996 actes causant notamment la blessure de 76 clients, contre 102 en 2002 et 153 en 2001.
Selon l’ONCF, les points noirs de jets de pierres contre les trains voyageurs sont situés essentiellement entre Salé-Tabriquet et Bouknadel, Témara et Skhirat, Mohammédia et Mansouriah, Aïn Sbaâ et Zénata et Casa-voyageur et Sidi Maârouf. Les autres actes de malveillance, vols et altérations des équipements de signalisation, de téléphonie et de caténaire et pose d’obstacles sur la voie ont causé un préjudice global estimé provisoirement à environ 3,61 millions de dh, et ont été à l’origine du retard de 1.206 trains de voyageurs, ajoute le communiqué.
Par ailleurs, l’ONCF a enregistré, durant l’année écoulée, 15 accidents sur les passages à niveau ayant fait 6 morts et 5 blessés, note la même source, précisant que ces accidents sont dûs au non-respect du code de la route et des règles de sécurité à observer pour traverser les passages à niveau et la voie ferrée. En dehors des passages à niveau, 178 accidents ont été enregistrés en 2003, avec un bilan de 99 morts et 86 blessés, indique l’ONCF, soulignant toutefois que parmi ces décès, 42 ont été des actes de suicide.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *