Vers la création d’une académie d’architecture au Maroc

L’instance, dont on a fixé pour objectif final l’amélioration du cadre de vie du citoyen, devra réunir autour des architectes, plusieurs autres corps de métiers intervenant directement ou indirectement dans le développement de la cité comme les décideurs, les ingénieurs, les économistes, les urbanistes, les sociologues etc.
L’institution, en tant que centre de concertation, de dialogue et de conseil, devra également susciter une réflexion détachée de l’immédiat et du quotidien, autour de la question urbanistique dans toutes ses dimensions.
La conférence «L’architecte et la ville» a également permis d’aboutir à un certain nombre de dispositions concernant les différents aspects du travail de l’architecte. Les participants ont souligné la nécessité pour les architecte d’oeuvrer à préserver l’identité des cités dans lesquelles ils interviennent, de manière à ce que toute conception architecturale s’inscrive dans le respect des spécificités locales, géographiques, historiques, sociologiques etc.
L’idée qui a présidé aux débats est que le développement de la cité soit pensé comme étant un tout, englobant au mieux les intérêts des habitants, ceux de l’économie du pays et tenant compte de la préservation du patrimoine national. Les travaux de la conférence ont été marqués par la participation entre autres de MM. Aymeric Zublena, Gérard Granval et Gerard Uniack, respectivement président et membres de l’Académie d’Architecture de France (AAF), ainsi que de M. Driss Benhima, wali de la région de Casablanca. Ce dernier a noté de grandes disparités dans l’évolution urbanistique de la métropole casablancaise, estimant que pour réussir son insertion dans la mondialisation, Casablanca doit récupérer son identité architecturale et parfaire son organisation, en se pensant en tant que ville et non en tant que conglomérat de quartiers.
La rencontre a été couronnée par la signature d’un protocole d’accord, entre le conseil régional des architectes et l’AAF, sur le legs de l’architecte Albert Cadet, qui a marqué de son empreinte l’architecture de la ville de Casablanca et dont l’oeuvre, conçue et réalisée selon les normes architecturales arabo-islamiques, est encore visible notamment au niveau du quartier des Habbous avec son tribunal et sa mosquée Moulay Youssef, le quartier Derb Soltane ou encore le palais de justice de Rabat.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *