Vers la réélection de Bouteflika

Vers la réélection de Bouteflika

Cinq candidats tenteront néanmoins de s’affirmer lors des trois semaines de campagne face au président sortant Abdelaziz Bouteflika, qui se prévaut de son bilan après dix années au pouvoir. «Votez contre nous, votez même avec un bulletin blanc, mais votez», a déclaré jeudi le président algérien, au cours de sa première réunion publique dans les Aurès, à Batna, alors que la participation reste la seule inconnue du scrutin. Vainqueur sans adversaire en 1999, réélu en 2004 avec près de 85% des voix, Abdelaziz Bouteflika, 72 ans, brigue un troisième mandat et un score sans appel en faisant campagne sur le thème de la stabilité et de la continuité, avec pour slogan: «Pour une Algérie forte et sereine». A Batna, il a promis de poursuivre sa politique d’investissements publics, avec un plan de 150 milliards de dollars sur cinq ans, et de continuer à œuvrer pour la réconciliation nationale.
Celle-ci est «incontournable et a permis le retour à la paix», a-t-il souligné. «Si les islamistes armés entreprennent encore des actions ponctuelles dans certaines régions, la politique de réconciliation nationale mise en œuvre au début des années 2000 a mis fin à dix ans de violences qui ont fait 150.000 morts», a ajouté le président Bouteflika. Le président algérien a insisté sur ses objectifs: construction d’un million de logements et création de 3 millions d’emplois grâce à l’émergence de 200.000 petites et moyennes entreprises. Le taux de participation au vote sera aussi le principal adversaire des cinq candidats qui se présentent contre le président sortant, en tentant de faire passer leur message.
Louisa Hanoune, du Parti du travail, 55 ans, est la seule femme à se présenter pour la deuxième fois à cette élection. Connue des Algériens comme une battante, elle prévoit 40 meetings dont le premier à Blida (50 km au sud d’Alger) pour réaffirmer son slogan : «Pour une réforme économique, il faut donner la parole au peuple». Elle prône une réforme agraire, la renaissance des entreprises publiques, la mise en valeur de la fonction publique et des investissements de l’Etat, l’instauration d’une véritable démocratie ou la création d’emplois stables pour les jeunes. Si le Front national algérien a remporté un certain succès aux élections locales de 2007, son candidat Moussa Touati, 56 ans, compte sur 40 réunions publiques pour convaincre les électeurs de consacrer l’alternance au pouvoir par les élections.
Il a entamé son périple à Tebessa, (545 km au sud-est d’Alger), une région frappée récemment par plusieurs attentats islamistes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *