Vers la refonte de l’espace religieux

Bien avant les événements terroristes du 16 mai qui ont secoué la ville de Casablanca, le réaménagement de l’espace religieux est devenu une nécessité de premier ordre. L’avènement de l’historien Ahmed Toufiq à la tête du ministère des Habous et des Affaires islamiques s’inscrit dans la perspective d’une réforme qui allait devenir incontournable au fil des jours. Mardi dernier, le collectif «Démocratie et Modernité» a tenu une conférence à Casablanca, sur «l’Islam aujourd’hui», à laquelle a participé M. Toufiq.
Au cours de cette manifestation, le ministre a affirmé que l’aménagement, l’intégration et l’harmonisation sont les maîtres-mots qui guident la gestion de la chose religieuse au Maroc. Et d’expliquer que son département conçoit la mosquée comme une institution reflétant les fondements civilisationnels de la Nation marocaine et ses spécificités qui consacrent un rôle prééminent à Amir Al Mouminine. Cette approche, poursuit-il, est dictée aussi par la recherche d’une meilleure adéquation entre la gestion de la chose religieuse et la réalité sociale changeante. Le ministre a également souligné que les mosquées renforcent la croyance des pratiquants et leur attachement aux valeurs de la morale et de l’éthique, fondements essentiels de la construction démocratique.
A une question sur le nombre des mosquées gérées directement par son département, le ministre a tenu à rappeler que le Dahir en date du 2 octobre 1984 stipule que les lieux de prière sont tous soumis au contrôle du ministère des Habous et des affaires islamiques. Et d’annoncer que ce texte de loi sera incessamment complété par l’introduction de certaines clauses qui combleront certaines lacunes dans sa mouture actuelle, notamment au niveau du contrôle de l’opération de collecte des dons destinés à la construction d’une mosquée. Il a également annoncé que son département se penche actuellement sur la rédaction de quelque 400 prêches d’un nouveau style, en phase avec la réalité, et qui seront proposés par le ministère aux prédicateurs ainsi que la mise en place d’un site Web interactif dédié aux Affaires islamiques.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *