Vers la réforme de l’Observatoire du Sahara et du Sahel

Intervenant à cette occasion, Ismail Alaoui, ministre de l’Agriculture, du développement rural et des eaux et forêts, président de l’Observatoire du Sahara et du Sahel, a indiqué que cette session sera l’occasion pour les pays membres du conseil de dresser le bilan de leur action antérieure et de renforcer leur coopération future afin de permettre à ces pays de relever les défis qui les attendent dans les différents domaines d’intervention de l’OSS.
Pour atteindre ces objectifs, l’Observatoire devrait être doté de plus de moyens et avoir une stratégie claire et centrée sur les problématiques prioritaires des pays membres, (13 pays d’Europe et d’Afrique) a-t-il estimé.
Et d’ajouter que l’organisation doit susciter des synergies à l’intérieur des pays et entre eux par la création de réseaux institutionnels impliquant des institutions de recherche et de développement,s à travers un partenariat durable pour la lutte contre la sécheresse et la désertification, ainsi que pour la promotion des techniques d’économie de l’eau. De son côté, le président du Conseil d’administration de l’OSS s’est réjoui du mouvement assez important d’adhésions tant de la part des Etats que de la part des organisations régionales intéressées par les problématiques traitées par l’OSS notamment la communauté des Etats sahelo-sahariens.
« A la veille de Rio+10, rendez-vous d’une grande importance au cours duquel la communauté internationale sera invitée à dresser un bilan de dix années après le sommet de Rio de Janeiro, nous sommes certainement appelés à envisager une présence marquée de notre organisation au sommet de Johannesburg », a-t-il lancé. Auparavant, le ministre mauritanien du Développement rural Mustapha Ould Moloud a indiqué que l’OSS est appelé à tenir compte des nouvelles considérations internationales en matière d’environnement et de lutte contre la désertification, à oeuvrer dans cet esprit et tirer profit des résultats positifs de l’étape précédente et du substrat de connaissances scientifiques et techniques accumulées au cours de ces dernières années.
La IIIème session du Conseil d’administration de l’OSS examinera, entre autres, la réforme du Conseil scientifique et technique et l’élaboration de la contribution de l’organisation à la Conférence Rio+10.
L’OSS, créée il y a 10 ans, regroupe le Maroc, la Mauritanie, la Tunisie, l’Egypte, l’Algérie, la France, l’Allemagne, la Suisse, l’Italie, l’Ouganda, le Kenya, le Niger, et le Mali.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *