Vers le rétablissement de la confiance

La confiance ne peut être rétablie «ni par décret, ni en l’espace d’une demi-heure», a annoncé le chef de la diplomatie espagnole, dans une déclaration à la presse à l’issue d’un entretien avec le président de la commission européenne, Romano Prodi. Le Maroc et l’Espagne doivent «se parler» et ce dialogue sera poursuivi en septembre à Madrid avec le ministre des affaires étrangères et de la coopération, Mohamed Benaïssa, a ajouté Mme Palacio. «J’espère que nous entamons une phase ascendante dans la qualité de nos relations officielles» avec le Maroc, a-t-elle dit. La ministre espagnole a, d’autre part, estimé que l’accueil qui lui a été réservé au Maroc était tout à fait «correct».
Mme Palacio a également souligné l’importance des relations maroco-espagnoles, indiquant qu’elle était «contente» de ne pas avoir dérogé à la règle consistant à ce que le ministre des Affaires étrangères de l’Espagne réserve son premier voyage dans un pays tiers, hors de l’Union européenne, au Maroc. Elle a par ailleurs souligné que les relations commerciales entre le Maroc et l’Espagne étaient satisfaisantes. Mme Palacio a ensuite eu un entretien, à la mi-journée, avec le haut représentant pour la politique étrangère de l’UE, Javier Solana. Sur le plan médiatique, dans ses titres à la une et ses éditoriaux, la presse espagnole a souligné la détermination de Rabat et Madrid de normaliser leurs relations après l’épisode de l’îlot Tourah/Leïla.
La crise de l’îlot aura au moins servi à ce que les deux pays renouent les contacts diplomatiques, écrit « El Pais », qui se félicite de l’importance de la réunion de lundi à Rabat, qui est allée au-delà de la concrétisation des termes de l’accord obtenu samedi dernier.
Pour l’éditorialiste d’»El Mundo», le plus important à retenir de cette réunion est l’engagement hispano-marocain d’ouvrir en septembre prochain un dialogue franc et sincère devant aboutir au retour des deux ambassadeurs, car Madrid et rabat ont beaucoup à gagner avec la normalisation de leurs relations.
Enfin, le quotidien «ABC», proche du gouvernement, soutient qu’après les graves épisodes de la semaine dernière, la réunion de rabat mérite une évaluation positive qu’il faut renforcer dans les mois à venir avec des pas concrets.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *