Vers un consensus électoral

Cette réunion dont peu de chose ont filtré, tant du côté des participants, que du côté du service de presse du Parlement, aura cependant eu le mérite de laisser pointer une lueur d’espoir quant à un prochain consensus sur les différentes dispositions électorales.
M. Driss Jettou devait faire un exposé sur l’état d’avancement des concertations menées par son département, jeudi, devant le conseil de gouvernement. En attendant, des sources parlementaires ont fait état de l’acheminement vers une conciliation des positions au sujet de certaines dispositions électorales. Ainsi, le projet de loi réformant la loi organique de la chambre des représentants ne serait plus totalement rejetée par certaines formations politiques, qui ont laissé entendre qu’elles pourraient réviser leur position si des amendements étaient apportés au texte. Ce projet qui avait alimenté le débat lors de la session extraordinaire du Parlement, devrait figurer en tête de liste des projets à l’ordre du jour de la session ordinaire du printemps.
On parle du même consensus également concernant le mode de scrutin de liste et de la liste nationale assurant un minimum de représentation des femmes au sein de la prochaine chambre. Les concertations ont été concentrées sur les dispositions au taux minimal donnant lieu à la présence au Parlement et au mode de comptabilisation des voix. Ainsi, le taux minimal de 5 pc des voix exprimées donnant accès à une présence parlementaire, figurant dans le projet gouvernemental, devrait être revu à la baisse. Il est question de nouveaux taux de 4 ou 3 %, ce qui est une concession accordée par le gouvernement dans le cadre de la recherche d’un consensus. Il est par ailleurs question d’adopter le principe du plus fort reste lors de la répartition des sièges au lieu du principe de plus forte moyenne figurant dans le texte du projet gouvernemental.
A l’ordre du jour de la réunion entre le ministre de l’Intérieur et les leader des formations politiques de la majorité et de l’opposition parlementaire, figuraient également les dispositions relatives au découpage électoral, à la taille des listes à présenter par les minorités parlementaire, ainsi que de l’engagement moral de la part des formations politiques lors du choix des candidats figurant sur leurs listes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *