Victime de viols et d’une mère indigne

Victime de viols et d’une mère indigne

Enfin, elle décide de cracher le morceau. Son employeuse à laquelle elle a confié son calvaire n’en a pas cru ses oreilles. Comment cette fille de quinze ans aurait-elle éprouvé un tourment aussi violent ? Est-il possible que sa mère puisse la livrer sans pitié aux désirs des hommes et empocher la contrepartie ? Des questions légitimes qui ont hanté l’esprit de l’employeuse au point qu’elle ne dormait plus pendant quelques nuits avant de décider de trancher sur la souffrance de cette mineure.
Ce qu’elle a entendu en ce jour du mois de mai dernier dépasse l’imagination. Ce qui est arrivé à l’adolescente est inimaginable surtout que celle qui était derrière n’est autre que sa mère. Elle s’appelle Fatima, née en 1989, dans une famille très pauvre.
Seul le père se débrouillait pour répondre à leurs besoins. Certes, il n’arrivait pas à satisfaire tous leurs besoins au point que ses enfants, à défaut des moyens nécessaires n’ont jamais mis les pieds à l’école. Au fil du temps, sa force et sa santé ont commencé à se dégrader.
Bref, il est tombé malade au point qu’il est resté cloué à son lit durant des mois. Ce sont quelques membres de sa famille qui le soutenaient matériellement. En 1999, le père a rendu l’âme, laissant derrière lui une veuve et des orphelins dont Fatima. Cette dernière était à son dixième printemps. Elle a remarqué, à l’instar de ses trois frères et soeurs que les comportements de sa mère ont changé complètement au point qu’elle ne restait plus à la maison que quelques heures durant la journée. Ou passait-t-elle son temps ? Personne ne savait au juste. Se débrouillait-elle pour gagner subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille ?. La réalité rejette cette thèse, puisqu’elle ne s’intéresse plus à son foyer ni à ses enfants. Une fois les quatre mois et dix jours du deuil d’une veuve sont passés, il semble qu’elle a décidé de leur lancer la mauvaise nouvelle:“Vous aurez un nouveau père, respectez-le comme votre propre père“. Bref, elle s’est remariée. Et le nouvel époux est venu vivre avec elle et ses enfants sous le même toit. Depuis, la mère a commencé à s’éloigner de plus en plus de ses enfants. Une situation qui allait avoir des effets négatifs sur ces derniers notamment Fatima. Personne ne s’intéresse à elle. C’est en 2000, qu’elle a été croisée par un jeune de son quartier.
Il s’appelle Abdellah, dix-neuf ans. Ce dernier lui a demandé de l’accompagner près d’Oued Oum Errabiî. Guidée par son innocence, elle est allée avec lui. Une fois arrivés, il n’a pas hésité de l’obliger à faire l’amour avec lui. En refusant, il a fini par la violer au point qu’il l’a dépucelée. En retournant chez elle, elle a raconté ce qui lui est arrivé à sa mère. En se rendant chez la famille du jeune homme, cette dernière leur a demandé de régler le problème sans recourir à la justice. Le marché a été conclu contre dix mille dirhams. Quelques mois plus tard, la mère est partie à Casablanca pour rendre visite à sa tante malade. Son époux a profité de l’occasion pour abuser de la fille et il l’a confiée à son frère qui l’a violée également sans pitié. Ils étaient en état d’ivresse avancé. Après son retour, la fille a informé sa mère.
Seulement, cette dernière n’a pas réagi craignant que son époux ne se révolte contre elle et sa fille. Quelques jours plus tard, le fils de son beau-père l’a conduite sous la menace d’un couteau jusqu’à ils arrivèrent près des rails du chemin de fer. Il a abusé d’elle sans pitié pour l’abandonner ensuite. Elle a raconté une fois encore l’histoire à sa mère. Mais toujours sans réaction. Pire encore, la mère a décidé enfin de profiter du corps de Fatima. Et elle l’a livrée à une proxénète. Cette dernière a commencé à la mettre à la disposition des hommes contre des sommes d’argent qu’empoche la mère. Entre-temps, la mère a conduit Fatima chez une femme pour travailler comme domestique. Seulement, elle est retournée quelques mois plus tard pour tenter de l’emmener chez la proxénète. Toutefois, la fille a refusé et elle a raconté son histoire à son employeuse.
Cette dernière a fini par l’emmener chez la police pour déposer plainte. La mère, son époux, le frère et le fils de ce dernier et le voisin ont été traduits devant la Cour d’appel d’El Jadida, alors que la proxénète et d’autres mis en cause qui ont violé Fatima dans des circonstances différentes font l’objet actuellement d’une note de recherche. Fatima, elle, a été confiée à une association.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *