Violences à la faculté de médecines de Rabat

Violences à la faculté de médecines de Rabat

Le bras de fer se poursuit entre le gouvernement et les étudiants médecins. Ces derniers qui s’opposent au service sanitaire obligatoire pointant du doigt l’absence de moyens adéquats organisent une grande protestation nationale mercredi 28 prochain à Rabat.

 
La goutte qui a fait débordé le vase ? Ces étudiants qui boycottent depuis 52 jours leurs études ont été surpris de voir, jeudi 22 octobre 2015, les forces de l’ordre déployées dans l’enceinte de la faculté de Rabat (voir vidéos ci-dessous).

«Les forces de l’ordre sont violemment intervenues pour disperser les manifestants et les faire évacuer de l’établissement causant une véritable hystérie collective parmi les étudiants et interpellant quatre autres avant de les relâcher par la suite», a indiqué les larmes aux yeux Youssra El Khyat, membre du bureau d’étudiant de la Faculté de Rabat.

Selon elle, il n’y avait aucune raison pour recourir à cet usage démesuré de la force.

«Nous manifestions, comme depuis le début de notre mouvement, de manière pacifique. Aussi nous n’avons empêché personne de reprendre les études », a t-elle déclaré à ALM.

A noter que le gouvernement avait publié il y a quelques jours un communiqué au ton jugé menaçant par les étudiants en médecine. «Le gouvernement garantira la sécurité et la protection des étudiants désireux de suivre leurs cours », y lit-on.

Ceci alors que les étudiants s’attendaient à un autre propos de la part du gouvernement, puisqu’un dialogue a été ouvert entre eux et les représentants du ministère de la santé et du ministère de l’enseignement supérieur. Dans ce sens six réunions ont été tenues couronnées par un certain consensus. «Nous nous attendions donc à ce que le gouvernement atteste les résultats des négociations, or ledit communiqué n’a fait allusion à aucun consensus et n’a évoqué qu’une soit disant prédisposition à entamer un dialogue, balayant d’un revers de main les concertations qui ont eu lieu», a souligné Salma El Abed, de la coordination des étudiants médecins.

Ainsi cette attitude du gouvernement, en plus des incidents qui se sont produits jeudi 22 octobre 2015 dans la faculté de médecines de Rabat ont suscité la colère des étudiants en médecine. Dans ce sens, une grande protestation nationale aura lieu mercredi 28 prochain à Rabat. Aussi vendredi 23 octobre, la coordination a annoncé un sit-in devant le ministère de la Santé, en prélude à la grande manifestation du 28 octobre.

 « On veut nous obliger à reprendre nos études, à abdiquer: nous ne cèderons pas parce que le gouvernement n’a pas respecté ses engagements, parce que nous avons été humiliés, parce que nous n’avons plus rien à perdre», a martelé Youssra El Khyat.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *