Vives réserves du Maroc

S’adressant, jeudi à Genève, à la 31ème réunion du Comité permanent du HCR, dans le cadre de l’examen du Budget-Programme annuel du Commissariat pour 2005, Omar Hilale, ambassadeur du Maroc auprès des Nations unies à Genève, a justifié les réserves de la délégation marocaine au sujet de ce budget par trois raisons : l’incohérence des chiffres avancés à propos des populations des camps de Tindouf, les demandes réitérées vainement par le Maroc pour l’enregistrement de ces populations demandes confortées par ailleurs par la récente recommandation du Corps commun d’Inspection des Nations Unies consacrant l’impératif de l’enregistrement, et le financement par le HCR de l’opération d’envoi des enfants de ces camps à Cuba. S’agissant de la première raison, M. Hilale a relevé que « l’avant-propos du document du budget souligne que les chiffres de planification sur lesquels se fonde le budget proposé pour 2005 apparaissent dans la deuxième partie (tableau II.2). Or, ce tableau avance le chiffre de 159.490, alors que l’annuaire des statistiques du HCR, publié en juillet dernier, donne le chiffre de 165. 000.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *