Voleurs à l’arraché sous les verrous

Voleurs à l’arraché sous les verrous

En compagnie de son mari, Saïda se dirigeait tranquillement, mercredi 9 novembre vers 21h, vers chez elle. Le couple empruntait le boulevard Abdelmoumen, à Casablanca tout en conversant. En arrivant à hauteur de la rue Soumaya, elle fut surprise par un individu qui vient de lui arracher son sac à main avant de prendre la fuite et monter sur un cyclomoteur en marche, marque Leonardo, cylindre 250 cm 3, conduit par son acolyte, probablement son complice. Outre le téléphone portable, son sac à main contenait une petite somme d’argent, sa carte guichet et une chaîne et deux boucles en or. Heureusement que des policiers motards longeait à ce moment-là cette rue. Dès qu’ils ont aperçu la scène, ils se sont lancés à leur poursuite. Une course-poursuite d’un quart d’heure est soldée par l’arrestation de l’un d’eux. Il s’agit de Nasser, un mineur de dix-sept ans. Il a été aussitôt conduit au commissariat de police du boulevard Zerktouni et présenté aux éléments de la 13ème section judiciaire de Casablanca-Anfa. Soumis aux interrogatoires, le mineur a affirmé avoir des antécédents judiciaires. C’est un repris de justice. Il a déjà purgé une peine d’emprisonnement de six mois pour le même motif à savoir le vol à l’arraché. Après sa libération, le jeune homme récidive. Il a utilisé le cyclomoteur de sa soeur, un Leonardo, qu’elle avait acheté contre 18.550 dirhams. Ensuite, il a commencé à dévoiler les noms de ses complices et les opérations qu’ils ont effectuées à travers les différents boulevards de Casablanca.
Les éléments de la 13ème section judiciaire ont alors lancé une vaste opération de ratissage. Ainsi, ils ont arrêté, dix-sept autres voleurs, dont trois mineurs. L’un est âgé de treize ans et deux autres de dix-sept. Les autres mis en cause sont âgés entre vingt et trente-cinq ans. Ils ont tous un niveau scolaire bas ne dépassant pas le secondaire. Certains sont des chômeurs, d’autres des marchands ambulants. À l’exception de deux accusés, qui sont pères de familles, tous les autres sont célibataires.  
Ces dix-huit mis en cause ont dévoilé aux enquêteurs avoir perpétré plus de 156 opérations de vol à l’arraché. Ils ont révélé avoir agressé entre autres, le directeur d’exploitation de la société de transport en commun, Mdina Bus. À ce dernier, ils ont dérobé un ordinateur portable alors qu’il descendait de sa Peugeot 307. Ils ont également agressé l’administrateur d’une autre société, auquel ils ont subtilisé un sac contenant une somme d’argent de 70 mille dirhams qu’il vient de tirer d’une agence bancaire située au boulevard Al Fida, quartier Derb Soltane, et ce, après l’avoir poignardé au niveau de son épaule. Ils ont même affirmé avoir attaqué plusieurs autres victimes dont des étrangers (une Française et un Français, une Portugaise, un Norvégien, une Espagnole). 
Les enquêteurs ont saisi chez ce premier groupe de voyous, quatre cyclomoteurs, marque Leonardo, et deux vélomoteurs, Peugeot 103, ainsi que des téléphones portables, des chaînes en or et une somme de 15 mille dirhams.
Après avoir présenté la première bande, le vendredi 11 novembre, devant la justice, les enquêteurs ne sont pas restés les bras croisées. Ils ont continué leurs investigations ciblant d’autres voleurs à la tire et des receleurs qui ont été dénoncés par leurs complices. À ce propos, ils ont mis hors d’état de nuire sept nouveaux voleurs présumés dont deux receleurs et la maîtresse de l’un des voyous. Dans ce deuxième coup de filet, les enquêteurs ont mis la main sur deux cyclomoteurs, Leonardo et deux vélomoteur, Peugeot 103, ainsi que des téléphones portables.
Les mis en cause ont affirmé aux enquêteurs qu’ils revendaient le butin soit au Souk de Derb Ghallef soit au Souk Chtayba.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *