Youssoufi : Exiger le retrait israélien

En réponse à un questionnaire envoyé par l’agence de presse espagnole , EFE, aux leaders et conseillers des pays participants à la conférence euro-méditerranéenne qui aura lieu les 22 et 23 avril prochains à Valence (Espagne), Le chef du gouvernement marocain, M Abderrahamane Youssoufi a considéré que la crise au Proche-orient est «l’écueil principal» face à «l’évolution naturelle» du processus euro-méditerranéen de Barcelone. Aussi, il s’agit selon lui «d’une menace réelle pour la paix dans la région et partout au monde». «Un pays membre du Partenariat euro-méditerranéen, dans ce cas de figure Israël, se consacre à faire du mal au peuple Palestinien et à détruire systématiquement toutes ses infrastructures, édifiées dans le cadre du partenariat de Barcelone, avec des moyens financiers européens», a affirmé Youssoufi.
Pour lui, les pays de la Méditerranée, participants à la conférence de Valence, devraient exiger «le retrait immédiat d’Israël des territoires palestiniens et étudier la possibilité de suspendre l’accord d’association entre l’Union Européenne et Israël». «La situation au Proche-orient est une blessure ouverte pour tous les pays de la Méditerranée. Cette situation provoque une grande inquiétude».
M. Abderrahamane Youssoufi a également mis l’accent sur le fait que la Méditerranée «ne devrait pas se limiter à zone libre-commerce». Ceci en devenant une communauté dont les habitants pourraient circuler librement. Après avoir signalé que la conférence de Barcelone de 1995 «a été sans doute le moment clé des relations entre les deux rives de la Méditerranée, basées sur la paix, le dialogue et la prospérité partagée», il considère que, dans les sept années qui ont suivi, des progrès indéniables se sont opérés». Ceci, même si pour lui, il reste beaucoup à faire. M. Youssoufi a fait ressortir, dans ce sens, la nécessité de «renforcer les moyens d’appui à l’investissement et la création d’un marché méditerranéen unique».
«Les hommes et femme de la Méditerranée, les hommes de la culture et des sciences, les universitaires et les investisseurs, les étudiants, les entrepreneurs et les sportifs. Tous ceux qui feront la Méditerranée de demain doivent circuler sans obstacles dans cet espace», a t-il ajouté. Concernant l’immigration clandestine, il a fait remarquer que dans cette région du monde, «il existe l’une des majeures fractures de la planète en termes de développement et de niveau de vie». «Entre la rive Nord et la rive Sud, la moyenne en produit national brut (PIB) varie entre 1 et 15. Il est normal que cette différence génère des mouvements irréguliers de la population», a remarqué M. le Premier ministre. Après avoir affirmé qu’il faut lutter contre ce phénomène et que le Maroc le fait dans toute la mesure du possible, il a opiné qu’il serait «inutile d’imaginer» que ces mouvements puissent disparaître complètement, «quelque soient les moyens et méthodes employés dans une rive comme dans une autre». Pour lui, la seule solution envisageable au phénomène de l’immigration clandestine est la réduction des différences en matière de développement et de niveau de vie et l’approximation économique et sociale entre les deux rives».
Le Premier ministre marocain a par ailleurs qualifié d’ «excellentes» les relations entre le Maroc et l’UE, insistant sur leur nature «dynamique». Des relations qui sont appelées à évoluer dans tous les domaines, tant politique, social et culturel qu’économique, monétaire et commercial. «Le Maroc aspire à encore plus de proximité de l’Europe. Entre notre statut actuel de pays associé et le statut de pays membre de plein droit, il existe sans doute un grand fossé que les deux partie ont la volonté de sonder», a-t-il souligné. S’agissant de la future implication de l’Union Européenne dans les pays de l’Europe de l’Est, M. Youssoufi a expliqué qu’il s’agit d’une évolution prévisible et naturelle. «Nous n’y voyons nullement une menace», a t-il conclu.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *