Zaineb, sauvée par le Prince Albert

La charité humaine est universelle. C’est le cas de le dire au vu de l’histoire de Zaineb, cette petite fille marocaine de pas plus de 25 mois. Cette petite souffrait d’une malformation grave du coeur. Selon le médecin qui la suivait : «il y a une communication entre les deux oreillettes du coeur. Le sang rouge, dit propre se mélangeait avec le sang bleu, dit sale. Ceci entraîne une pollution et des problèmes respiratoires».
En langage scientifique, la petite Zaineb est atteinte d’une cardiopathie congénitale faite d’une communication inter-ventriculaire péri-membraneuse associée à une sténose serrée de la valve pulmonaire. Cette maladie très grave nécessite une opération à coeur ouvert, et ce dans l’urgence. Zaineb était alitée pendant longtemps dans l’un des hôpitaux au Maroc. C’est par pur hasard que son cas est parvenu entre les mains de Ryad Fethi Allagui. Ce journaliste de « Sports contacts & média » en France s’est intéressé au cas de Zaineb.
L’association Leïlah n’était pas en reste. Représentée par sa présidente, Laïla Haloui-Glenza, la mobilisation a été faite pour récolter les fonds nécessaires pour faire venir la petite en France et subir l’intervention qui représente son unique chance de survivre.
«C’est un miracle. Nous sommes parvenus à obtenir les accords de toutes les autorités en trois semaines. Nous avons eu beaucoup de chance et les chirurgiens de l’hôpital ont été d’une efficacité redoutable », déclare Laila Haloui-Glenza. Cette action humanitaire est significative à plus d’un titre : la rapidité avec laquelle la prise en charge de la petite a été faite est sidérante, cette aide vitale qui nous parvient d’outre-mer. Tout ceci mérite d’inspirer ces hommes et ces femmes qui se considèrent comme leaders dans l’action humanitaire au Maroc!
Tout ceci a été bien sûr possible grâce à la mobilisation de la Principauté de Monaco ainsi que du Prince Albert. Ce sont les associations monégasques qui ont financé les frais chirurgicaux. La famille Moubarik, parents de la petite Zaineb, n’avait comme charges que le billet aller-retour Casablanca-Nice. Pour la famille, cette action est encore plus importante en considération avec d’autres antécédants douleureux. La mère Moubarik avait déjà perdu deux enfants à la naissance, il y a une quinzaine d’années.
Avec la réussite de l’opération et le coeur « tout neuf » que la petite Zaineb a pu avoir, les parents Moubarik ont renoué avec la vie. Dans une photo parue dans le journal Nice-Matin, on peut voir la petite Zineb juchée aux bras du Prince avec un sourire innocent. « Les associations monégasques ont promis de réitérer ces actions au profit de petits et grands qui sont dans l’urgence médicale », informe Ryad Fethi Allagui. Cette action illustre parfaitement la force de la mobilisation sincère et dévouée. Nous avons grand besoin justement de réitérer ce genre d’action.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *