Zoom sur les indicateurs comportementaux: Pourquoi nos automobilistes conduisent aussi mal

Zoom sur les indicateurs comportementaux: Pourquoi nos automobilistes conduisent aussi mal

Le facteur humain demeure, de loin, la première cause des accidents de la circulation routière. Le  non-respect du code de la route et l’incivisme des usagers de la route sont à l’origine de la criminalité routière.

L’excès de vitesse, le défaut de maîtrise des véhicules, l’inadvertance des conducteurs et des piétons, la conduite en état d’ivresse ou encore le non-respect du Stop en sont les principales causes. Pour mieux cerner le comportement des usagers de la route relatif au respect de certaines règles de la sécurité routière, le Comité national de prévention des accidents de la circulation (CNPAC) conduit des études périodiques pour mesurer des indicateurs comportementaux permettant de restituer une image fidèle de ce qui se passe réellement sur la voie publique et ce, à raison de deux fois par an depuis 2015. En milieu urbain, les indicateurs comportementaux se rapportent aux : port de la ceinture de sécurité en sièges avant, port des casques par les usagers des deux-roues à moteur, respect des passages de feux de carrefours au rouge, fréquence de passage d’un signal Stop sans marquer l’arrêt, respect de la priorité au carrefour giratoire, et la priorité de passage à droite. Pour la rase campagne, un seul indicateur est observé, à savoir le port de la ceinture de sécurité au niveau des sièges avant et arrière.

La plus récente étude a été réalisée en deux temps (en mars et en septembre 2016). La première partie de l’étude  élaborée en mars 2016 et dont les résultats ont été communiqués en novembre 2016 avait révélé que les chauffeurs de taxis et les jeunes sont les pires conducteurs. En effet, une grande majorité des chauffeurs de taxis ne respecte pas le code de la route. Et pour exemple, ils ne sont que 8,7% à porter la ceinture de sécurité contre 86% pour les conducteurs de «voitures de tourisme». Il en va de même pour les jeunes qui conduisent pour la plupart imprudemment. Seulement 27% des jeunes respectent le panneau Stop et 23% la priorité à droite.

Autre donnée importante de l’étude :  le taux de respect du feu rouge par les conducteurs est le moins élevé pendant la matinée avec un taux avoisinant les 81%. Ce qui revient à dire que 19% des usagers de la route ne respectent pas le feu rouge à ce moment de la journée. Entre 8h et 8h30, le taux de respect du giratoire par les conducteurs atteint 72,8%, le plus bas observé durant la journée. Même constat pour le respect du panneau Stop. A cette heure précise, ils sont 26% à ne pas respecter ce panneau. Autre chiffre à retenir : seulement 23% des usagers respectent la priorité à droite à ce moment précis de la journée.

Toujours selon l’enquête, les femmes respectent davantage le code de la route et sont meilleures conductrices que la gent masculine. Elles sont 96,7% à porter la ceinture de sécurité contre 75% pour les hommes. Pour ce qui est des deux-roues à moteur, elles sont près de 69% à porter un casque contre 63% pour les hommes. En outre, 87% des femmes respectent le feu rouge.

Ce taux est nettement supérieur à celui des hommes (82%). Par ailleurs, la gent féminine respecte davantage la priorité au carrefour giratoire (80% contre 73% pour les hommes). Le taux de respect du panneau Stop par les conducteurs (30,9%) est nettement inférieur à celui des conductrices (36,9%). Enfin, les femmes (29,3%) respectent plus que les hommes (26%) la priorité à droite.

Près de quatre automobilistes sur dix ne portent pas de ceinture de sécurité

Pour sa part, la  seconde partie de l’étude réalisée en septembre et dont les résultats ont été publiés vers la fin du mois de janvier avait signalé que près de quatre automobilistes sur dix (38,1%) conduisent sans ceinture de sécurité en milieu urbain. Toutefois, les femmes restent plus vigilantes que la gent masculine. Le taux de port de la ceinture de sécurité par les conducteurs dépasse les 88,3% pour les femmes alors qu’il n’est que de 58,4% pour les hommes. Le comité relève que les taux les moins importants sont enregistrés chez les conducteurs âgés de 40 à 60 ans (59,5%) et ceux de 25 à 40 ans (61,7%). Environ 82% des conducteurs des «voitures de tourisme» respectent le port de la ceinture de sécurité contre seulement 10,8% pour les taxis.

Par ailleurs, l’étude en question  signale que près de sept conducteurs sur dix (66,7%) ne respectent pas la priorité à droite en milieu urbain. Parmi ces derniers, quatre sur dix (38,4%) franchissent l’intersection à faible vitesse. Ainsi, le taux global du respect de la priorité à droite n’est que de 33,3%. Le taux de respect observé chez les jeunes de 18 à 25 ans (35,2%) est nettement supérieur à celui des personnes âgées de 25 à 40 ans (34,3%) et celles âgées de 40 à 60 ans (30,6%). Durant la matinée, entre 8h et 8h30, le taux de respect de la priorité à droite par les conducteurs atteint son plus bas niveau de la journée, soit 31,2%.

Notons que les deux-roues (petit cylindre 30,2% et grand cylindre (33,5%), les véhicules de tourisme (31,7%) et les taxis (32,6%) affichent les taux les plus bas en termes de respect de la priorité à droite. Il faut aussi relever que plus de six conducteurs sur dix (64%) ne respectent pas le panneau Stop en milieu urbain. Parmi ceux qui ne marquent pas l’arrêt au panneau, plus de trois automobilistes sur dix (34,4%) le franchissent à faible vitesse. 

Le CNPAC s’attaque aux GSM au volant

Le  Comité national de prévention des accidents de la circulation (CNPAC) a commandité une étude sur deux infractions au code de la route, à savoir l’utilisation du GSM au volant et le transport des enfants de moins de 10 ans sur les sièges avant des véhicules. Cette étude est destinée à évaluer la prévalence de ces deux indicateurs. Selon le code de la route, les enfants de moins de 10 ans doivent être installés à l’arrière du véhicule et non à l’avant.  La loi prévoit le retrait d’un point pour le non-respect de l’obligation du port de la ceinture de sécurité ainsi que pour l’embarquement d’enfant de moins de 10 ans sur le siège avant d’une voiture. Pour ce qui est de l’utilisation du GSM, le  téléphone au volant est une infraction synonyme du retrait d’un point.

  

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *