Zoulikha Nasri, une femme de terrain

Zoulikha Nasri, une femme de terrain

Elle est de tous les combats. Présente sur tous les fronts. Lors du séisme qui a frappé la ville d’Al Hoceïma et ses environs, elle était la première sur place. Tout le monde se souvient de sa détermination à organiser la distribution des aides aux sinistrés, à les consoler en prêtant une écoute attentive à leurs doléances. Les mèches de ses courts cheveux volant aux quatre vents, Zoulikha Nasri avait d’autres soucis ce jour-là que l’apparence d’une coiffure irréprochable.
Un homme qui l’a vue à l’oeuvre dira, plus tard, sur un ton embarrassé : “Nous avions tous peurs des secousses, sauf une femme qui marchait de façon intrépide”. Membre de la Fondation Mohammed V pour la Solidarité, Zoulikha Nasri avait pris les choses en main, au lendemain de la catastrophe. En femme d’action, elle a supervisé, orienté, donné des recommandations. Elle a laissé l’impression de tenir d’une main qui ne tremble pas les rênes des missions qui lui sont confiées. Certains apparentent son excès de rigueur et de placidité dans le travail à de la rigidité. Ils y dénotent une nature trop portée par l’élan d’énergie vers l’action et peu encline aux vertus du dialogue. Peu importe, puisque Zoulikha Nasri restera sans doute dans l’Histoire comme la personne qui a opposé un calme imperturbable aux improvisations et agitations qui ont succédé au tremblement de terre.
Des séismes, Zoulikha Nasri en a vu d’un autre genre. Elle a participé activement à la réforme de la Moudawana. On lit régulièrement à son sujet qu’elle en est “l’artisane”, qu’elle a été “à l’origine” de la révolution de la femme. Elle venait alors d’être nommée conseiller de SM le Roi Mohammed VI. C’est la première femme nommée à ce poste au Maroc. Zoulikha Nasri est une habituée des premières fois au Maroc. En 1994, Elle est nommée à la tête de la Direction des assurances au ministère des Finances.
Un domaine au frontispice duquel il était écrit “stricly for men”. Zoulikha Nasri déchire cet écriteau et ouvre les finances aux femmes. Cette native de la ville d’Oujda en 1935 affiche une détermination farouche sur le chapitre des droits de la femme. Elle ne milite pas avec des slogans, mais prouve par l’action qu’il n’existe pas de domaine où la femme ne peut pas exceller autant que l’homme. En 1997, elle est appelée parmi l’avant-garde des femmes qui ont fait, pour la première fois, leur entrée au gouvernement. Elle a occupé le poste de secrétaire d’Etat à l’Entraide nationale. Elle s’est particulièrement intéressée aux enfants de la rue, en initiant des actions transversales en partenariat avec d’autres ministères. L’énergie dont elle a fait preuve dans ce poste lui a ouvert les portes de la Fondation Mohammed V.
Zoulikha Nasri est respectée par tous en raison de sa rigueur et de son énergie. Sa nomination au poste de conseiller de SM le Roi n’est sans doute pas la fin de son ascension. Il ne faut pas s’étonner de la voir occuper d’autres postes importants. Elle ne les aurait pas volés, elle qui a donné, par la seule force du travail, le meilleur exemple de ce dont sont capables les femmes au Maroc.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *