Abderrahim Taibi : Une dizaine d unités labellisées halal

Abderrahim Taibi : Une dizaine d unités labellisées halal

 

ALM : Imanor vient de lancer le label halal Maroc pour un meilleur accès au marché halal dans le monde. Quel est le potentiel d’exportation de produits halal ?
Abderrahim Taibi : Le label halal a été mis en place principalement pour répondre aux besoins des entreprises marocaines exportatrices qui sont confrontées à ce type d’exigence notamment au niveau des marchés du Moyen-Orient et de l’Asie , mais aussi dans plusieurs pays européens. En effet, le marché halal, en forte croissance, concerne aujourd’hui plus de 1,3 milliard de musulmans dans le monde. Les différentes estimations relatives à ce marché et sur lesquelles les différents intervenants sont presque unanimes montrent que ce dernier pèse plus de 500 milliards de dollars et représente près de 16 % du poids de l’industrie alimentaire mondiale avec une croissance annuelle de plus de 10 %. Dans ce contexte, notre pays, de par sa positon, géostratégique et la part du secteur agroalimentaire dans ses exportations, s’impose comme une  plate-forme importante d’exploitation de produits halal destinés principalement au marché européen qui s’intéresse de plus en plus à ce genre de produits largement demandés par les consommateurs non pas uniquement pour des raisons cultuelles, mais aussi grâce aux conditions de sécurité requises pour l’obtention de ces produits.

Quelles sont les modalités et les pratiques d’attribution du droit d’usage du label halal ?
Le processus de labellisation halal est enclenché à la demande de l’entreprise qui en souhaite bénéficier. Les procédures applicables sont généralement celles utilisées pour la certification des produits et qui visent à assurer le respect des règles halal par les produits postulant au label et qu’un système d’autocontrôle des aspects liés à la sécurité alimentaire est en place. En fait un produit halal est avant tout un produit sain. De plus comme chaque certification les entreprises sont soumises à des audits de surveillance et toute défaillance conduit au retrait de la labellisation. Le label halal est attribué par l’Imanor dans le cadre de la loi 12-06 relative à la normalisation, la certification et l’accréditation, en se basant sur une évaluation méthodique  par une équipe d’évaluateurs constituée d’un auditeur de la sécurité alimentaire qualifié par l’Imanor et d’un expert des affaires islamiques reconnu par le Conseil supérieur des ouléma.  

À combien s’élève le nombre des entreprises qui détiennent ce label? Et que faites-vous pour attirer d’autres entreprises ?
Le label halal est lancé il y a moins d’une année et nous sommes déjà à une dizaine d’unités labellisées malgré l’insuffisance de la communication autour de ce sujet, ce qui est très important en comparaison avec d’autres types de certification. De plus, l’Imanor reçoit beaucoup de demandes d’information sur ce label notamment de la part des entreprises exportatrices. En tout cas,  l’Imanor ne ménagera aucun effort pour assurer une large communication sur ce label et mettre les informations requises à la disposition des opérateurs marocains concernés. L’Imanor proposera également des formations sur la norme pour les organismes qui souhaitent se conformer à la norme halal et obtenir cette labellisation.

A votre avis, quel est le produit halal qui aura le plus de succès en exportation ?
Le label halal concerne tous les produits de l’agro industrie, le succès pour un produit dépendra principalement de l’importance du marché d’exportation et de l’intérêt accordé à ce label par les autorités dont relèvent ces marchés.  Dans ce cadre, l’Imanor veillera à participer à toute les manifestations organisées notamment pour les produits alimentaires pour faire connaître cette labellisation et veillera à  respecter les règles édictées dans les standards internationaux et les exigences de l’Institut islamique de normalisation (SMIIC), dans l’objectif d’assurer la crédibilité du système national de labellisation halal en vue de favoriser sa reconnaissance par les institutions étrangères concernées et de faciliter son acceptation par les distributeurs et les donneurs d’ordre sur les marchés internationaux.

Est-ce que ce label concerne tous les aliments ?
Le label halal s’applique à tous les produits alimentaires et services associés et sera attribué aux produits conformes à la norme marocaine sur les produits halal qui définit les exigences de base qui doivent être satisfaites à tous les stades de la chaîne alimentaire, y compris la réception, la préparation, la transformation, le tri, la détermination, l’emballage, l’étiquetage, le contrôle, le marquage, la manutention, le transport, la distribution, le stockage et les services associés.  Les produits et services visés par le label halal sont notamment ceux qui figurent dans le champ d’application  de la norme en question, à savoir les viandes, poissons et produits dérivés, le lait et produits dérivés, les œufs et ovoproduits, les céréales et produits dérivés, les huiles et graisses végétales et animales, les fruits et légumes et leurs dérivés, les sucres et produits de confiserie, les boissons, les miels et produits dérivés, les suppléments alimentaires, les additifs alimentaires, enzymes, micro-organismes, les matériaux d’emballage et les services et locaux liés aux aliments.

L’Imanor en bref

L’Institut marocain de normalisation (Imanor) est créé par la loi 12-06 entrée en vigueur en mars 2011. L’Imanor qui reprend les activités du SNIMA qui assurait la coordination des activités de normalisation au niveau national, est chargé conformément à la loi d’entreprendre toute action relative à la normalisation et à la certification. Il est chargé également d’accorder le droit d’usage des marques, des labels ou  des certificats de conformité aux normes marocaines et référentiels normatifs et d’étudier tout problème d’intérêt général dans le domaine de la normalisation et de la certification. L’Imanor a pris la forme d’un établissement public doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière. Il est administré par un conseil d’administration composé de représentants des secteurs public et privé, des établissements de recherche et de formation et de la société civile.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *