Assises du tourisme : une bonne tradition

Tenues les 12 et 13 février à Casablanca, les quatrièmes Assises nationales du tourisme ont été entamées jeudi par la lecture, par Mohamed Kabbaj, conseiller de SM le Roi, du message royal adressé aux participants à cette manifestation. Un message où le Souverain a qualifié les Assises de bonne tradition qui «traduit de façon éloquente la conscience aiguë que vous avez, en tant qu’intervenants, de l’enjeu déterminant représenté par le tourisme, ce secteur prioritaire dans la stratégie globale de développement durable engagée par le Maroc.» Insistant sur la coordination et la concertation entre toutes les parties concernées, publiques ou privées, S.M Mohammed VI a déclaré qu’il s’agit d’une occasion d’évaluer les progrès réalisés dans ce domaine, projeter les actions à entreprendre, et cibler les objectifs à atteindre au cours d’un nouvel exercice. A ce titre, le Souverain a fait un bilan positif de l’activité touristique nationale, malgré une conjoncture mondiale défavorable.
Le Maroc a néanmoins « continué à progresser de façon satisfaisante en améliorant, d’année en année, le rythme de création de nouvelles capacités d’hébergement. Ainsi, de 3.800 lits créés en 2001, il a réalisé quelque 8.500 lits en 2003, bien que cette performance soit, à notre avis, en deçà de ce qui était attendu ». Le Souverain n’en a pas moins insisté sur la nécessité de parachever la mise à niveau du secteur avant 2010. S.M a précisé que pour cela, il faut, agir dès à présent pour rattraper le retard qu’il accuse. Ceci, à travers la rénovation de ses méthodes de gestion, l’amélioration de son label de qualité, la formation des 70.000 cadres nécessaires. Les engagements souscrits dans l’accord-cadre doivent, dans ce sens, être honorés. « Pour sa part, l’Etat n’a pas manqué de s’impliquer résolument, tant par le biais des ministères concernés, que par le Fonds Hassan II, dans l’aménagement d’une nouvelle génération de zones touristiques». A cela s’ajoutent la mise à la disposition des promoteurs des terres à vocation touristique, l’assouplissement des mécanismes de garantie et la mise en place d’une politique de prospection et d’approche efficiente dont le but est d’intéresser des promoteurs internationaux.
Une grande partie du message royal a également été réservée au transport aérien. Ce volet sera en effet au coeur des débats lors de ces assises. Le projet de réforme de la carte du ciel, qui vient d’être achevé, permettra, comme l’a souligné Sa Majesté, non seulement une libéralisation du secteur, mais aussi une réduction du coût du transport, une plus grande fluidité et une desserte appropriée et directe entre les marchés émetteurs et les zones touristiques. «De cette façon, le transport aérien cessera d’être un handicap dissuasif pour devenir un réel facteur persuasif de la politique de promotion touristique. Dans ce nouveau contexte, il est attendu de la Royal Air Maroc qu’elle adapte ses structures pour, qu’à côté de son service habituel, elle puisse soutenir la concurrence en s’inscrivant dans le nouveau mode de transport Low cost et charters.» Pour les compagnies aériennes opérant dans l’espace marocain, autant que pour l’Administration en charge de ce secteur, le Souverain a rappelé que la sécurité doit rester la priorité absolue, en tout moment et en toutes circonstances.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *