Autoroute Marrakech-Agadir : une liaison à haut potentiel

Désormais, les usagers des routes du Sud du Royaume n’auront plus à parcourir de longues distances pour découvrir les charmes de cette région du pays. Avec l’inauguration, lundi 21 juin 2010, dans la commune de M’zoudia dans la province de Chichaoua, de l’autoroute Marrakech-Agadir par Son Altesse Royale le Prince Moulay Rachid, ces deux villes se sont vues relier en un temps record. Ce grand chantier, dont les travaux ont été lancés en janvier 2006 par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, permettra non seulement de relier deux villes en deux heures mais aussi les provinces du Sud à celles du Nord. La première mouture du projet remonte au mois de juin 2004 où une convention a été signée entre Autoroutes du Maroc (ADM) et le Fonds Hassan II pour le développement économique et social. En vertu de cette convention, celui-ci a contribué au financement du projet à raison de 1,5 milliard DH. Outre le Fonds Hassan II pour le développement économique et social, d’autres Fonds ont contribué à hauteur de 78% à ce chantier de grande envergure. On cite entre autres le Fonds arabe de développement économique et social (FADES), la Banque islamique de développement (BID), le Fonds koweitien pour le développement économique arabe (FKDEA), la Banque africaine de développement (BAD) et la Banque japonaise pour la coopération internationale (JBIC). De surcroît, l’axe autoroutier Marrakech-Agadir, d’une longueur de 225 kilomètres, a bénéficié d’une enveloppe budgétaire de près de 8 milliards de dirhams. Cette liaison est constituée de six tronçons principaux. Il s’agit ainsi de la bifurcation de Marrakech- échangeur de Marrakech ouest, Marrakech ouest-Chichaoua, Chichaoua-Imintanout, Imintanout- Argana, Argana-Amskroud et Amskroud- Agadir. Ce projet de grande envergure est également constitué de 158 ouvrages d’art. Ainsi, il comporte 13 viaducs de 2.921 mètres permettant de traverser les vallées, 90 ponts et 55 passages pour piétons et véhicules et un tunnel de 562 mètres situé aux environs de Zaouiat Mellal entre Imintanout et Argana. Une enveloppe budgétaire de l’ordre de 243 MDH, dont 190 millions consacrés au creusement, a été allouée à la construction de ce tunnel. De plus, 370.000 m3 et près de 45.000 tonnes d’acier ont été fournis pour la réalisation de ces gros œuvres. De même, 37,5 millions de déblais et 27 millions de remblais, soit un total de près de 70 millions de m3, devaient être réalisés. Pour ce faire, le massif montagneux a permis de procéder à des terrassements considérables. Quant à la quantité de bitume nécessaire à la réalisation de la chaussée de cette autoroute, elle a été de 380 tonnes. Comme elle a nécessité près de 2 millions de matériaux concassés et 2,1 millions de tonnes d’enrobés bitumineux.
Ceci étant, grâce à la réalisation de l’autoroute Marrakech- Agadir, le réseau autoroutier national a été porté à près de 1.100 kilomètres. Soucieux de la protection de l’arganier, arbre qui fait la richesse de la région, le Haut commissariat aux eaux et forêts a, pour sa part, contribué à la conception du projet de l’autoroute reliant Marrakech à Agadir. A cet effet, ADM a procédé au financement de plantations de 200.000 arganiers sur 920 hectares. Cette opération s’étale sur les années 2008-2011. D’autant plus que ce projet de grande envergure ne peut qu’avoir un impact positif sur les villes de Marrakech et Agadir. Il permettra ainsi de promouvoir le tourisme dans ces deux villes. Comme il contribuera au développement des produits agricoles et industriels. De même, les exportations se verront augmenter en consolidant les échanges commerciaux et en drainant les investissements. Par ailleurs, grâce au temps record entre les deux destinations, les différents secteurs de la région seront boostés, notamment le tourisme. En effet, les deux villes regorgent de potentialités touristiques de grande envergure. Des potentialités qui ne peuvent laisser les visiteurs insensibles. Ainsi, après un beau séjour à la ville ocre, les touristes ne pourront pas se priver de découvrir les sites balnéaires de la ville d’Agadir. C’est sur ce tourisme balnéaire que les professionnels du secteur peuvent compter pour drainer un large éventail de clients en variant leurs offres dans les hôtels et les résidences touristiques. Outre le secteur touristique, l’économie de la région sera également boostée à travers l’augmentation des échanges économiques et commerciaux à l’échelle nationale, voire internationale. Dans ce cadre, l’autoroute Marrakech-Agadir facilitera le transport de produits entre les deux villes. Des produits qui connaîtront une compétitivité aux niveaux national et international.Bref, moult secteurs seront fortement dopés à long terme avec le lancement de l’autoroute Marrakech-Agadir. De quoi insuffler une nouvelle dynamique à la région.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *