Ecoles privées : les clés d’accès

Accéder à une école privée nécessite une démarche à plusieurs étapes. Après s’être renseigné sur l’école qu’il souhaite intégrer, l’étudiant s’inscrit et passe un test oral ou écrit selon la procédure de l’institution. Ces tests se déroulent à partir des mois de juin-juillet ou en septembre. Avant le test, une sélection se fait parfois à partir des relevés de notes. «La plupart des écoles privées acceptent tous les baccalauréats à condition que les notes des matières qui ont un rapport avec la filière choisie ne soient pas inférieures à la moyenne», déclare une directrice d’école privée souhaitant garder l’anonymat. Parfois, le candidat n’a pas besoin de passer le test.
La première rencontre avec le directeur général est souvent déterminante. Si le responsable de l’école remarque des problèmes graves de communication, de sérieuses difficultés de langage ou des comportements inadéquats, il peut d’emblée conseiller l’étudiant de s’orienter vers un autre type d’études. Si le premier contact est correct et les résultats du test sont satisfaisants, l’étudiant est immédiatement appelé à compléter le formulaire d’admission. Ce formulaire comporte en plus des données personnelles comme le numéro de téléphone et l’adresse, des indications sur le médecin traitant de l’étudiant et des renseignements sur les parents ou le tuteur qui assume les charges.
L’école est censée également avoir une entrevue avec la personne chargée d’assumer les frais de scolarité de l’élève par année. Cette personnes doit enfin signer un engagement financier qui constitue un document légal passible de poursuite judiciaire en cas de non-paiement. Une fois l’année écoulée, il y a une reconduction tacite du contrat. Au cas où la personne signataire ne serait plus capable d’assumer les frais de scolarité, elle doit être remplacé sinon la direction de l’école se trouve dans l’obligation d’engager une poursuite pour dommages et intérêts. C’est ce qu’on appelle une procédure de mise en demeure. «Passé un certain délai qui peut durer  de quatre à cinq mois, une mise en demeure est engagée» déclare la même source.
Pour éviter ce genre de litiges l’école propose souvent des facilités de paiement. En règle générale, le paiement de la scolarité se fait soit par trimestre, soit par semestre ou par année. Certains parents préfèrent payer mensuellement puisqu’ils essaient de trouver une astuce pour payer moins cher. A ce moment-là, la direction leur conseille la formule annuelle et leur offre 5 à 10% de réduction. « Ainsi en payant les frais de scolarité annuellement, les coûts sont moindres et beaucoup plus intéressants», explique la même source. C’est une façon d’encourager les parents ou les tuteurs à opter pour le paiement annuel.
D’une part, l’école garantit une année de scolarité et d’autre part, les parents s’acquittent des frais. Pour les écoles privées appartenant au ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la formation des cadres, les coûts annuels de scolarité sont fixés dans une moyenne de 30.000DH et pour la formation professionnelle à partir de  21.000DH. Cela n’empêche qu’il existe des écoles qui établissent des coûts plus élevés. Tout dépend des charges des écoles. Pour l’enseignement supérieur, l’école est obligée de recruter des enseignants titulaires de doctorat d’Etat, les rémunérer à pas moins de 250 DH l’heure. Ce qui se répercute automatiquement sur la grille des tarifs de l’école. 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *