Édito : L’agriculture est l’avenir du Maroc

L’agriculture est l’avenir du Maroc. Il ne s’agit pas ici de tresser des couronnes (de fleurs) à un secteur, qui a fait ses preuves. Les chiffres sont déjà plus qu’éloquents. L’agriculture représente 15 à 20 % du Produit intérieur brut (PIB). Elle est une source d’emploi majeure avec 3 à 4 millions de ruraux travaillant dans le secteur agricole et 60 à 100.000 emplois dans l’agroalimentaire. Elle apporte une contribution décisive aux grands équilibres macroéconomiques et à la balance commerciale du pays …
Voilà, on pourrait élargir la liste des «fruits» que génère l’agriculture, mais il faut reconnaître que l’on n’a pas su optimiser à fond nos richesses, dont une bonne part relève plus de la générosité de la nature que d’une vision bien structurée, tournée vers l’avenir. Or, il y a un fait majeur qui vient s’inscrire justement en rupture avec l’improvisation et l’amateurisme. Le «Plan Maroc Vert», qui a été lancé mardi 22 avril, promet, – pour rester dans la sphère de l’agriculture -, de «faire la pluie et le beau temps» au Maroc. «S’il est difficile de (faire) un chiffrage exact des impacts à attendre du Plan Maroc Vert, un chiffrage préliminaire permet de dire que la mise en œuvre de ce plan aura des impacts colossaux en termes de croissance économique, d’emplois, des exports et de lutte contre la pauvreté dans toutes les régions», a tenu à préciser le ministre de l’Agriculture, Aziz Akhannouch, lors de la présentation du nouveau plan.
Aujourd’hui, le secteur est doté d’une stratégie, d’une vision concrète et d’un programme chiffré. Il n’y a plus de place à l’improvisation. Gouvernement et professionnels savent, désormais, ce qu’ils ont à faire pour rattraper le temps perdu et faire de l’agriculture marocaine un vrai pilier de développement.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *