Fès Jdid : la cité Mérinide

Fès Jdid : la cité Mérinide

Le palais royal : sa porte monumentale a été récemment restaurée (1975). Le mellah quartier juif et marchant attenant au palais royal, doit son nom à un affluent de l’oued Fès oued « Mellah » ou « Salé ». Ce quartier devient, au XIV siècle, la résidence des juifs de Fès qui étaient ainsi sous la protection immédiate des souverains.
La rue traversant le mellah se termine par le quartier des bijoutiers et la rue bou Khssissat, percée en 1924 et donnant accès au marché actuel de Bab Semmarin (ancien silo Mérinide du XIV ème siècle). A signaler la mosquée rouge jamaâ el hamra du XIV ème siècle et jamaâ El Beida (la mosquée blanche). Le petit et le grand Mechouar, terme désignant une esplanade entourée de hautes murailles à proximité du palais royale servant aux entrées officielles, aux réceptions des ambassadeurs et à la baia (cérémonie d’allégeance) et enfin la Makina ancienne manufacture d’arme fondée en 1886 sous le règne de Moulay Hassan. De Fès Jdid, direction Fès El Bali on passe par la place Dar Batha érigée par Moulay Hassan (1873-1894) et Abdelaziz (1894-1909). Bien que de construction récente, ce palais dont les deux ailes sont réunies par un vaste jardin (Riad) pourvu d’allées pavées de Zelliges, constitue un beau spécimen de cette architecture hispano mauresque dont le type le plus parfait et le plus fameux est la Generalife de Grenade. Ce palais est aujourd’hui transformé en musée d’art marocain. Après la visite de Dar Batha on s’engagera sur la rue Ed Douh s’ouvrant à gauche au fond de la place du même nom . Ce quartier foisonne de palais somptueux, tels Dar Tazi (fin XIX) Dar el Beida, Dar Makri et aussi notre établissement Riad Fès à Derb Zerbtana rue My Slimane.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *