La Villa des arts dans une ville à part

La Villa des arts dans une ville à part

La Villa des arts, espace appartenant à la Fondation ONA a désormais une nouvelle direction, avec à sa tête Yasmina Chami. Celle-ci arrive à l’établissement avec sa propre vision. Une vision de changement qu’elle traduit par un besoin pressant d’ouvrir cet espace d’art longtemps utilisé comme une salle d’exposition, en un espace de création et d’expression. C’est bien là, l’objectif défendu par cette nouvelle directrice qui déclare dans ce sens : «nous voulons nous éloigner d’une conception élitiste, nous possédons des potentialités jeunes et créatives et nous avons comme responsabilité de les encourager ». L’idée soutenue par la nouvelle direction consiste en la transformation de la Villa des arts en une pépinière pour jeunes talents. Pour ce faire, des ateliers seront organisés au sein de cet établissement afin de donner la chance aux jeunes créateurs de s’exprimer et d’évoluer dans leurs recherches artistiques. Le premier atelier prévu, est celui du court-métrage. Un accord a d’ores et déjà été conclu avec le cinéaste marocain Nabil Ayouch qui animera cet atelier à partir du mois de novembre.
Dans ce cadre, un appel aux scénarii sera lancé à partir du même mois, et après avoir rassemblé toutes les demandes, un jury composé de certains membres de l’ONA ainsi que des cinéastes et des hommes de culture sélectionneront une dizaine de courts-métrages. Ces mêmes projets pourront par la suite concourir dans des festivals internationaux d’art vidéo ou aussi être diffusés sur la deuxième chaîne nationale. Une bourse sera également attribuée au meilleur projet de court-métrage qui donnera la possibilité à l’intéressé de poursuivre des études à l’étranger dans le cadre d’un échange. Ici, d’après Yasmina Chami, les échanges pourront avoir lieu avec la Villa Médicis à Rome, ou encore l’Atelier Varennes en France.
La Villa des arts prévoit également d’organiser d’autres ateliers comme celui de la photographie et du design. Le concept sera le même et les objectifs souhaités aussi. Il est question «que la Villa des arts soit une sorte de catalyseur du développement de l’art au Maroc». En effet, selon cette conception, il s’agirait de transformer la Villa des arts en un véritable laboratoire, un site de création, d’exposition et d’échanges.
Principal but de cette nouvelle vision : ouvrir ce lieu de culture à un grand nombre de Marocains. La nouvelle politique de la Villa des arts consisterait en substance à rectifier ce regard de l’Occident encourageant les oeuvres artistiques locales. Une façon de «réussir à gérer le regard que la modernité et l’Occident nous imposent quelque part», affirme Yasmina Chami. Pour gérer ce regard il faudrait quelque part créer un regard sur soi.  » Le regard de la Villa des arts sur le monde compte opérer comme une alternative au conditionnement imposé par un système globalisant».
En outre, la Villa des arts veut s’ouvrir au public dans le cadre de la vision de culture de masse. Dans ce contexte, « une bibliothèque sera installée à l’étage supérieur de la «Villa » et sera ouverte gratuitement aux étudiants chercheurs et aux étudiants de l’Ecole des beaux-arts», confie Yasmina Chami. Et d’ajouter : « nous souhaitons ouvrir ce lieu à tout le monde ». Une manière de faire face à la marginalisation de la société marocaine qui vit à l’écart du cercle des acticités socio-culturelles. C’est ainsi, que s’articule la nouvelle vision de la Villa des arts, un espace qui ouvrira ses portes bientôt dans d’autres villes du Maroc. Grande nouvelle, Rabat se verra également dotée dans les mois à venir de sa propre Villa des arts.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *