Le Crédit Agricole et le PNUD s’engagent pour la sauvegarde de la biodiversité

Le Crédit Agricole et le PNUD s’engagent pour la sauvegarde de la biodiversité

Le Crédit Agricole du Maroc (CAM) se joint au Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) pour la conservation des ressources naturelles et la sauvegarde de la biodiversité dans la chaîne de valeur des plantes aromatiques et médicinales. Le Salon international de l’agriculture au Maroc connaît, ce vendredi 27 avril 2012, la signature d’une convention entre le CAM et le PNUD visant à concrétiser le projet du PNUD-Gouvernement du Maroc intitulé «Intégration de la biodiversité dans les chaînes de valeur des plantes aromatiques et médicinales méditerranéennes au Maroc». Ce partenariat permettra au PNUD et au Crédit Agricole de coopérer étroitement pour la valorisation des plantes aromatiques et médicinales sur le plan national et d’oeuvrer par la suite à la conservation de la biodiversité dans la chaîne de valeur des plantes aromatiques et médicinales ainsi que de contribuer
au développement rural durable. En effet, ledit projet du PNUD-Gouvernement du Maroc, qui sera mis en oeuvre par le Haut Commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification, tend, entre autres, à lutter contre la pauvreté. L’objectif étant «de contribuer à assurer un développement local à travers les plantes aromatiques et médicinales en tant que patrimoine génétique unique et précieux à même de contribuer à assurer un développement rural durable qui bénéficiera aux populations locales», soulignent dans un communiqué de presse le CAM et le PNUD. Dans le fond, le projet s’articule autour de trois composantes. «La première relève des services liés à la chaîne de valeur des plantes aromatiques et médicinales, notamment la communication et le marketing», relève-t-on du même communiqué. Et de poursuivre que «cet axe consiste à offrir un guichet unique pour les informations destinées aux parties prenantes». En outre, la deuxième composante est relative à la conservation de la biodiversité en instaurant un processus de certification baptisé «FairWild» pour des espèces endémiques de grande valeur écologique et commerciale. Citons dans ce sens le romarin, le thym, l’origan et le pyrèthre. La dernière composante s’articule autour du renforcement des capacités sur deux volets. Il s’agit en premier d’instaurer aux partenaires des cycles de formations liées aux services rendus aux chaînes de valeur particulièrement en termes de communication et de marketing. Le second volet s’adresse, quant à lui, aux coopératives et comprend la formation en certification « FairWild »

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *