Le début de la vie dans le Coran

Le début de la vie dans le Coran

Le long délai dans l’interprétation juste de ces versets est dû principalement à des traductions et à des commentaires inexacts et à un manque de sensibilisation à la connaissance scientifique. L’intérêt pour les explications des versets du Coran n’est pas nouveau. Les gens avaient l’habitude d’interroger le Prophète Mohammed (Paix et Bénédiction soient sur Lui) sur toutes sortes de questions concernant la signification des versets faisant référence à la reproduction humaine. Les réponses du Prophète (PBSL) forment la base de la littérature sur les Hadith. La version française des versets du Coran qui sont interprétés dans cet article est basée sur les traductions anglaises fournies par le Cheikh Abdul Majid Zendani, professeur d’Études Islamiques à l’Université Abdulaziz, à Jeddah, en Arabie Saoudite. «Il vous a créés, dans le ventre de vos mères, création après création, dans trois coiffes (voiles) de ténèbres». Cet énoncé vient de la sourate 39. Nous ne savons pas quand est-ce qu’on a découvert que les êtres humains se développaient dans l’utérus (ventre), mais la première illustration connue d’un foetus dans l’utérus fut dessinée par Léonard de Vinci, au XVe siècle. Au IIe siècle après J.C., Galien décrivit le placenta et les membranes du foetus dans son livre «On the Formation of the Foetus». Par conséquent, les médecins du VIIe siècle après J.C. savaient vraisemblablement que l’embryon humain se développait dans l’utérus. Il est invraisemblable qu’ils aient su qu’il se développait en stades, même si Aristote avait décrit les stades de développement de l’embryon d’un poussin au IVe siècle avant J.C. La découverte de l’embryon humain se développant par stades n’a pas été discutée et illustrée avant le XVe siècle. Ce n’est que lorsque le microscope fut découvert au XVIIe siècle par Van Leeuwenhoek que des descriptions ont pu être faites des premiers stades de l’embryon du poussin. Les stades des embryons humains n’ont pas été décrits avant le XXe siècle. Streeter (1941) a développé le premier système de stades qui est maintenant remplacé par un système plus précis, proposé par O’Rahilly (1972). «Les trois coiffes (voiles) de ténèbres » peuvent faire référence à (1) la paroi abdominale antérieure; (2) la paroi utérine; et (3) la membrane amniotique. Bien qu’il existe d’autres interprétations de cet énoncé, celui présenté ici semble le plus logique du point de vue embryologique. «Puis Nous l’avons consigné, goutte de sperme, dans un reposoir sûr». Cet énoncé vient de la sourate 23:13. La goutte ou «noutfa» a été interprétée comme le sperme ou spermatozoïde, mais une interprétation plus significative serait le zygote qui se divise pour former un blastocyste qui s’implante dans l’utérus («lieu de repos»). Cette interprétation est supportée par un autre verset de Coran qui dit que «l’être humain est créé d’une goutte mélangée». Le zygote se forme par l’union d’un mélange du sperme et de l’ovule («la goutte mélangée»). «Puis nous avons transformé la goutte des spermes en une création qui s’accroche». Cet énoncé vient de la sourate 23:14. Le mot «alaca» fait référence à quelque chose qui s’accroche ou à une sangsue. C’est une description appropriée de l’embryon humain du 7e au 24e jour lorsqu’il s’accroche à l’endomètre de l’utérus, de la même façon qu’une sangsue s’accroche à la peau. Tout comme la sangsue tire le sang de l’hôte, l’embryon humain tire le sang de la région déciduale ou de l’endomètre d’une femme enceinte. Il est remarquable de voir comment l’embryon de 23-24 jours ressemble à une sangsue. Une sangsue en haut et un embryon humain de 24 jours, en bas Comme il n’y avait pas de microscope ou de lentilles disponibles au VIIe siècle, les médecins ne pouvaient pas savoir que l’embryon humain avait cette apparence de sangsue. Au début de la 4e semaine, l’embryon est tout juste visible à l’oeil nu parce qu’il est plus petit qu’un grain de blé. «Puis de quelque chose qui s’accroche, Nous avons créé un morceau de chair mâché». Cet énoncé vient aussi de la sourate 24 :14. Le mot arabe «moudghah» signifie «substance mâchée» ou morceau de chair mâchée. Vers la fin de la 4e semaine, l’embryon humain ressemble quelque peu à un morceau de chair mâchée. L’apparence mâchée est due aux somites qui ressemblent à des marques de dents. Les somites représentent les apparitions ou les régions organogénétiques des vertèbres. «Puis du morceau de chair mâchée, Nous avons créé des os puis Nous avons revêtu de chair les os». Cette suite de la sourate 23 :14 indique qu’à partir du stade du morceau de chair mâchée, les os et les muscles se forment. Ceci concorde avec le développement embryologique. D’abord, les os se forment comme des modèles de cartilage et ensuite les muscles (chair) se développent autour d’eux à partir du mésoderme somatique. «Ensuite, Nous en avons produit une toute autre créature.» La partie suivante de la sourate 23 :14 implique que les os et les muscles résultent en la formation d’une autre créature. Ceci peut faire référence à un embryon humain qui se forme vers la fin de la 8e semaine. À ce stade, il a des caractéristiques humaines distinctes et possède les régions organogénétiques de tous les organes et parties internes et externes. Après la 8e semaine, l’embryon humain est appelé foetus. Ceci peut être la nouvelle créature à laquelle fait référence le verset. Le foetus humain à six, huit et quatorze semaines «Et Il vous a assigné l’ouïe et les yeux et le toucher et la compréhension». Cette partie de la sourate 32 :9 indique que les sens particuliers de l’ouïe, de la vue et du toucher se développent dans cet ordre, ce qui est tout à fait exact. Les régions organogénétiques des oreilles internes apparaissent avant le début des yeux, et le cerveau (côté de la compréhension) se différencient en dernier. «Puis, d’un morceau de chair mâchée, formée aussi bien qu’informe». Cette partie de la sourate 22 :5 semble indiquer que l’embryon est composé de tissus différenciés et non différenciés. Par exemple, lorsque les os du cartilage sont différenciés, le tissu embryonnaire conjonctif ou mésenchyme autour d’eux n’est pas différencié. Il se différencie plus tard en muscles et en ligaments liés aux os. «Et Nous déposons dans les ventres ce que Nous voulons, jusqu’à un terme prévu.». La partie suivante de la sourate 22:5 semble impliquer que Dieu détermine quel embryon restera dans l’utérus jusqu’au terme final. Il est bien connu que beaucoup d’embryons avortent au cours du premier mois du développement et qu’environ 30% des zygotes qui se forment se développent en foetus qui survivent jusqu’à la naissance. Ce verset a aussi été interprété pour signifier que Dieu détermine si l’embryon se développera en garçon ou en fille. L’interprétation des versets du Coran faisant référence au développement humain n’aurait pas été possible au VIIe siècle après J.C. ou même il y a tout juste 100 ans. Nous pouvons maintenant les interpréter parce que la science de l’embryologie moderne nous permet de mieux les comprendre. Il y a sans doute d’autres versets du Coran qui sont reliés au développement humain et qui seront compris dans l’avenir, à mesure que nos connaissances augmentent.
• Keith L. Moore, Ph.D., F.I.A.C. Département d’anatomie, Faculté de médecine, Université de Toronto, Canada (Islam Fraternet)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *