Le grand bal de l’automobile ouvert

Le grand bal de l’automobile ouvert

Pas moins de 100 000 visiteurs attendus. Une surface de 13 500 mètres carrés. Une centaine d’exposants et d’une quarantaine de marques. Tels sont les ingrédients qui feront certainement du salon Auto-Expo un rendez-vous à ne pas manquer.
Prévue à partir de ce vendredi 7 et jusqu’au 16 mai à la Foire internationale de Casablanca et organisé par l’Association des importateurs de véhicules automobiles montés (AIVAM), sous l’égide du ministère de l’Industrie, du Commerce et des Télécommunications, cette 4ème édition se tient sous le signe de la relance.
La relance d’un secteur qui enregistre un taux de croissance relativement atone avec des ventes qui ne dépassent guère les 50.000 véhicules par an et ce, dans un pays qui compte une population de 30 millions d’habitants. Dérisoire. L’enthousiasme des professionnels qui continuent de croire en le potentiel du marché marocain n’en est que plus vivace.
De la voiture particulière à la moto en passant par le véhicule utilitaire, le poids lourd, les sociétés de financement, les équipementiers et les compagnies d’assurances. Toutes les parties et institutions concernées par le secteur seront présentes à l’édition de cette année.
Auto-Expo 2004 demeure en fait un moyen aussi bien de booster les ventes que de susciter l’intérêt du consommateur marocain, de plus en plus gagné par la passion automobile. Particularité de cette année, une vingtaine de nouveautés seront dévoilées pour la première fois au public marocain. Au total, ce sont plus de 84 participants qui exposeront leurs produits.
L’intérieur du chapiteau abritera les exposants autos et motos, tandis que les poids lourds et véhicules utilitaires légers (VUL) seront, eux, disposés le long de l’esplanade extérieure qui longe l’entrée de la foire. Selon les organisateurs, la disposition intérieure du Salon a été optimisée pour permettre une circulation plus fluide des visiteurs et une meilleure visibilité des modèles exposés.
L’Auto-Expo sera aussi l’occasion pour d’autres prestataires opérant dans le secteur automobile et parallèlement aux importateurs proprement dits.
Ainsi, tout autour de la partie centrale, les différents box seront dédiés aux sociétés de financement, de location de voitures, de pneumaticiens, d’accessoiristes, mais aussi à la presse spécialisée.
Cet événement sera également l’occasion pour l’AIVAM de mettre en avant les différents axes de sa stratégie. Une stratégie axée sur la promotion de la mobilité des personnes et des marchandises, celle de la culture automobile, mais aussi l’organisation de manifestations pour promouvoir le secteur automobile, la participation au développement des métiers liés à l’automobile et au rajeunissement du parc automobile.
L’AIVAM recommande dans ce sens la baisse des tarifs douaniers et des taxes, les droits de douane étant de 32,5% sur les voitures particulières et de 40% pour les VUL (véhicules utilitaires légers) en plus d’une TVA de 20%, l’indexation, entre autres mesures, de la vignette et l’assurance sur l’âge du véhicule, l’actualisation de la loi sur les contrôles techniques, l’adoption de mesures à même de rendre le financement plus accessible.
Le Salon Auto-Expo 2004 sera donc l’occasion pour les professionnels de mieux faire entendre leur voix et d’exposer aussi leurs doléances, afin que le secteur automobile puisse participer plus activement au développement de l’économie du Royaume.
Pour rappel, le parc national est estimé à 1,7 million d’unités dont l’âge de 80% des voitures dépasse les 10 ans. Ce qui se traduit par un coût social élevé et explique en partie le nombre élevé d’accidents et la pollution engendrée par un parc vieillissant et diésélisé à outrance. La baisse des droits de douane entamée en 2003 dans le cadre de l’accord de libre-échange liant le Maroc et l’Union européenne pourrait avoir pour conséquence une baisse des prix de vente des véhicules importés de l’UE, laquelle devrait se traduire par l’élargissement du marché intérieur.
Le prix étant un élément primordial dans la décision d’achat.
À partir de 2010, le marché marocain devrait atteindre à 100.000 véhicules neufs par an contre un peu moins de 60.000 actuellement.
À cet horizon, le parc automobile serait porté à 2,2 millions d’unités. Aussi, le secteur s’achemine vers l’éviction des véhicules montés au Maroc. L’affluence à l’Auto-Expo, croissante d’édition en édition, et qui positionne cette manifestation comme étant le plus grand Salon organisé dans le Royaume ne maquerait pas de participer à un meilleur lendemain du secteur au Maroc.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *