Le Maroc bouge

«L’avenir se lit sur nos lignes» (ONCF). «La RAM déploie ses ailes» (Royal Air Maroc). «L’autoroute, c’est l’avenir !» (Société nationale des autoroutes au Maroc) … Un nombre impressionnant de slogans nous mettent d’emblée au cœur d’un Maroc qui s’emploie, avec force et détermination, à repousser les frontières de la mobilité. La logistique, cette roue incontournable du développement, est au centre de ce Maroc en mouvement. Le port Tanger-Med cristallise à lui seul l’espoir de tout un peuple, vu l’envergure et l’importance stratégique qu’occupe désormais ce projet non pour le Maroc seulement mais pour toute la région du pourtour méditerranéen. Ce projet ulysséen, -né il y a quelques années dans la réalité des eaux méditerranéennes – , voit fleurir autour de lui autoroutes, lignes ferroviaires, aéroports, bref, de quoi changer complètement le visage de toute la région du Nord du Royaume. Et comme pour défier la fierté légendaire des chaînes rifaines, les pelleteuses continuent de creuser leur sillon (autoroutes) à travers monts et vallées pour atteindre jusqu’à la région de l’Oriental.
Décidément, rien ne résiste à l’avancée intrépide du goudron. Fût-ce même les montagnes escarpées du Souss, où un gigantesque projet autoroutier est également en train de sortir du tunnel. Parallèlement aux projets autoroutiers, l’ONCF joue la montre pour se mettre au niveau du nouveau Maroc appelé des vœux et des hautes luttes des Marocains. La mise à niveau des gares ferroviaires avance à grands pas, autant que le renouvellement du parc des trains. L’arrivée annoncée du Train à grande vitesse (TGV) constituera l’aboutissement d’un projet qui promet de révolutionner le mode de vie des Marocains. Sur le même registre, l’arrivée, tant attendue, du tramway, à Rabat comme à
Casablanca, permettra de régler, – au grand bonheur des usagers des transports en commun -,
le problème de la congestion croissante des
voies publiques.
Cette nouvelle dynamique est également portée par des efforts notoires déployés à l’aérien. L’Open Sky (le ciel ouvert) a donné des ailes à la Royal Air Maroc, qui se lance à la conquête de cieux inexplorés. Dans le cadre de cette même percée, il n’est pas étonnant de voir s’ouvrir de nouveaux horizons pour un pays ouvert sur deux mers : la Méditerranée et l’Océan Atlantique. Un bel avenir en perspective …

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *