Les petits pas de la grande distribution

La grande distribution serait-elle en train de gagner du terrain sur les réseaux traditionnels de commercialisation? Même si le carnet de l’épicier n’est pas prêt de disparaître de sitôt, pouvoir d’achat et proximité obligent, tout porte à croire que la grande distribution a de belles années devant elle au Maroc. Les chiffres sont là pour le prouver. Le nombre de grands magasins à travers le pays dont la surface de vente dépasse 300 m2 a atteint 200 points de vente dont 12 hypermarchés. Ceci, alors qu’il y a à peine une dizaine d’années, cette forme était quasiment absente du marché marocain. Parmi ces magasins, on recense 5 grandes sociétés de distribution alimentaire qui coiffent 18 points de vente et qui représentent la plus grande part du chiffre d’affaires réalisé par le secteur. Ce nombre est amené à augmenter de manière considérable suite aux accords de libre-échange et à la possibilité pour les investisseurs de signer une convention d’investissement avec l’Etat. C’est ce qui explique l’engouement des opérateurs étrangers, comme c’était le cas pour le Français Auchan qui a pris 49% du capital de Cofarma, gérant les supermarchés Marjane ou encore l’Espagnol Supersol Cramer. L’affluence vers cette branche s’est accentuée depuis que la Loi de Finances de l’année 2001 a abaissé à 200 millions DH le seuil du montant des investissements à partir duquel les entreprises peuvent conclure des conventions avec le gouvernement. Et ce, afin de bénéficier de l’exonération du droit d’importation et de la TVA applicable aux biens d’équipements, matériels et outillages nécessaires à la réalisation de leur projet, conformément à la charte de l’investissement. Fait notable, mais pas étonnant, 60% de ces points de ventes sont concentrés au niveau de Casablanca (32%) et Rabat (27%), suivis de Marrakech (12%) et Tanger (6%). Le secteur enregistre également l’émergence de grandes surfaces spécialisées dans de nouveaux créneaux tels que l’électroménager, l’informatique ou l’ameublement en kit, dont les capitaux sont globalement à 100% marocains. La grande distribution est également un grand employeur. Le nombre de personnes travaillant dans 70 magasins d’un échantillon établi lors d’une étude menée par le ministère du Commerce a révélé que le nombre de ces employés s’élève à 3534, soit une moyenne de 50 personnes par point de vente. Cela dit, certaines contraintes entravent le bon développement de ce secteur. Il s’agit notamment du manque d’infrastructures de base, la baisse du niveau d’activité dans certaines villes, la concurrence déloyale du secteur informel, la multiplicité des intermédiaires, la réduction des marges bénéficiaires essentiellement pour les produits de l’alimentation générale. A cela, s’ajoute l’absence de réglementation du secteur (règle de chaînage, répartition par quartier…). Le ministère de l’Industrie et du Commerce table, dans ce sens? sur une réglementation de l’implantation des grandes surfaces, tout en sauvegardant les petits commerces. Un projet de loi est en préparation dans cette perspective.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *