«L’introduction de la CGI en Bourse a été l’événement majeur de 2007»

«L’introduction de la CGI en Bourse a été l’événement majeur de 2007»

ALM : L’introduction en Bourse de la CGI a connu un grand succès. Comment analysez-vous l’évolution de cette action ?
Abdeslam Boumehdi : L’introduction de la CGI en Bourse a été l’événement majeur de la Bourse de Casablanca en 2007, tant en termes de volume introduit (3,5 milliards DH, soit la 2ème plus importante opération après Maroc telecom), qu’en termes de taux de sursouscription (plus de 140 fois) ou de comportement du titre sur le marché secondaire, avec un pic de performance à 184%. S’agissant de l’évolution du titre, les premières semaines de cotation ont connu une hausse quasi quotidienne. Elle s’explique par le faible taux de satisfaction des investisseurs, par la confiance du marché et également par l’annonce de nouveaux projets à partir de fin septembre. En novembre, la mise en place du programme de rachat a permis de stabiliser le cours dans une fourchette de +/- 4% par rapport à un cours moyen de 2454 DH. Depuis son introduction, la CGI a surperformé le marché de 62%, tout en étant plus active que la moyenne du marché, en dépit d’un comportement décorellé des indices depuis le début de l’année.
 
Vous avez cédé 20 % du capital de la CGI. Comment avait été géré ce montant dégagé par cette opération?
Une part de 60% du montant levé est venue renforcer les fonds propres de la société, soit plus de 2 milliards DH. Cette somme a connu plusieurs affectations. Je citerai principalement le paiement du foncier des grosses opérations présentées durant l’IPO, telle que Bouskoura et l’exécution des constructions dont le rythme s’est accéléré durant le deuxième semestre 2007.
 
Comptez-vous céder sur le marché boursier une autre part de la CGI ?
Comme vous le savez, CDG Développement est l’actionnaire majoritaire de la CGI avec 80% du capital. La réflexion sur cette part du capital dépasse donc le Directoire de la CGI. Par ailleurs, l’avantage de la cotation est la possibilité de recourir au marché pour des levées de fonds additionnelles. La stratégie financière de la société consiste à suivre régulièrement l’évolution du cours, pour comparer et arbitrer entre les différentes sources de financement possibles.

La CGI se présente comme un acteur majeur dans le secteur de l’immobilier. Quel est son programme pour l’année 2008 ?
Pour 2008, nous comptons concrétiser les différents programmes annoncés sur nos deux lignes métiers, logement et tertiaire. En termes d’investissements, les principaux engagements toucheront les projets Jardins des Oudayas à Rabat, Targa à Marrakech et Royal Golf de Fès. Quant aux livraisons, elles concerneront une grande partie du projet Bassatine El Menzeh à Rabat, ainsi qu’une partie des Jardins des Oudayas, Targa et Ghandouri à Tanger. Quant aux grands projets  filialisés, les travaux se poursuivent pour Casablanca Marina. Pour Chrifia à Marrakech et le Centre multifonctionnel d’Agdal à Rabat, les filiales projets sont créées et le foncier acquis.

Quelle est la stratégie de développement de la CGI pour les années à venir ?
Avec plus d’un demi-siècle d’intervention dans la promotion immobilière, la CGI est aujourd’hui un acteur incontournable de ce secteur. Depuis l’année 2007, avec la mise en œuvre du nouveau plan stratégique, la société ambitionne de se positionner plus clairement dans le standing et  haut standing, l’immobilier touristique et professionnel, de s’ouvrir sur des partenaires étrangers et de saisir des opportunités en dehors du Maroc.  Pour cela, nous disposons de plusieurs atouts : la visibilité et la transparence de la cotation en Bourse, la souplesse induite par le nouveau mode de gouvernance, l’amélioration continue de nos process d’intervention et de notre organisation  et, enfin, l’appui de notre maison mère.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *