Morad Abid : «La compétitivité des dattes marocaines s’améliore»

Morad Abid  : «La  compétitivité des dattes  marocaines s’améliore»

ALM : La Millennium Challenge Corporation œuvre pour la promotion du palmier dattier en zones oasiennes.  Quel est en détail votre programme pour cette filière ?
Morad Abid : Le Projet arboriculture fruitière d’un montant de 2,85 milliards de dirhams fait partie du Programme MCA-Maroc, doté de 6 milliards de dirhams. Les actions dudit Projet pour la promotion du palmier dattier concernent l’ensemble des maillons de cette filière. En amont, le Projet mène des travaux d’aménagement et de réhabilitation des infrastructures hydro-agricoles de 12 palmeraies situées dans les provinces d’Errachidia, Tinghir, Zagora, Figuig et Tata, sur une superficie de 22.000 ha.  De plus, il contribue à la réhabilitation des palmeraies à travers la livraison et la plantation de 250.000 vitro-plants de palmiers dattiers et le nettoyage de 170.000 touffes de palmiers dattiers et la transplantation de leurs rejets. Des formations sur la conduite technique du palmier sont dispensées au profit des bénéficiaires du Projet. La population ciblée par ces formations considère aussi bien les agriculteurs et agricultrices adultes que leurs familles. De plus, d’autres formations techniques et managériales s’adressent aux Associations d’usagers des eaux agricoles. Outre ces formations, les bénéficiaires et les Organisations professionnelles agricoles bénéficient d’un encadrement technique et organisationnel tout au long des étapes de conduite et de production de dattes. En aval, des programmes de formations techniques et managériales s’adressent aux coopératives, gérants et techniciens d’entreprises de transformation des dattes ainsi qu’à des fournisseurs d’intrants, des collecteurs et des transporteurs de dattes. Les coopératives bénéficient aussi des encadrements techniques et organisationnels nécessaires. Elles sont, en plus, organisées dans le cadre de Groupements d’intérêt économique (GIE) pour la production et la commercialisation de dattes selon des normes de qualité reconnues sur le plan international (HACCP, label agricole, etc.). Par ailleurs, le Projet participe à la mise en place de 7 unités de conditionnement et de stockage de dattes d’une capacité de 400 tonnes chacune et elles seront confiées à des GIE.

En septembre 2010, l’APP a signé 2 contrats dans le secteur du palmier dattier d’un montant global de 64 millions de dirhams.  Deux ans après, quel bilan faites-vous de cette action ?
En fait, il s’agit d’un grand contrat de services de formation, d’appuis techniques et d’encadrement au profit des bénéficiaires, des organisations professionnelles et des opérateurs de la chaîne de valeurs de la filière du palmier dattier. Les activités menées dans le cadre de ce contrat ont un caractère transversal. Il s’agit d’apporter la formation technique et l’encadrement nécessaires aux différents opérateurs de la filière et d’impulser une nouvelle dynamique de développement intégré. Les prestations de formation et d’encadrement concernent aussi bien l’amont que l’aval de la filière. Les objectifs de ce contrat visent, entre autres, à former 9.000 agriculteurs (femmes et hommes) et 900 jeunes ruraux (filles et garçons) aux techniques de conduite du palmier dattier. Ils concernent également la formation technique et managériale de 480 adhérents d’Organisations professionnelles agricoles (OPA) et autres intervenants en aval de la filière. Les actions de formation avancent de façon satisfaisante et intéressent beaucoup les jeunes qui, pour certains d’entre eux, se sont constitués en petites entreprises de service et de travaux agricoles spécialisés dans la conduite du palmier dattier. Parallèlement à la formation, ce contrat mène des actions d’encadrement des bénéficiaires à différentes échelles. Les agriculteurs sont ainsi assistés par des experts et des techniciens dans la conduite du palmier dattier. Des coopératives de producteurs sont encadrées au cours de leur constitution et du démarrage de leurs activités. Les actions de réhabilitation des palmeraies (nettoyage des touffes et livraisons et plantation de vitro-plants) sont conduites sous la supervision d’experts en la matière. Près de 70% du programme de nettoyage des touffes est réalisé et plus de 44% de vitro-plants sont plantés.

Et qu’en est-il des prestations de formation et d’encadrement en  aval de cette filière ?
En aval de la filière, il y a lieu de noter que ce contrat a permis d’encadrer la création de 7 GIE pour la production et la commercialisation de dattes.  Ils seront chargés de gérer les 7 unités de conditionnement et d’entreposage de dattes.  Ils bénéficient d’un appui organisationnel et technique en matière de gestion de ces unités.  Un appui est également apporté en aval de la filière en matière de mise à niveau et de certification aux standards de qualité.  Enfin, ce contrat a permis d’accompagner la mise en place de 6 projets pilotes pour femmes qui concernent le stockage et le conditionnement de dattes, la transformation de dattes et les services de prestations de conduite technique du palmier dattier.

Quelles sont les mesures qui ont été prises pour améliorer la compétitivité de l’offre marocaine en dattes ?
La compétitivité des dattes marocaines s’améliore grâce à deux facteurs, à savoir la quantité et la qualité produites. En matière de quantité, les formations apportées en amont de la filière ainsi que les opérations de réhabilitation de la palmeraie par la densification devront permettre d’améliorer de façon notable les quantités de dattes produites. À cet égard, les effets de l’opération de nettoyage des touffes ont commencé à porter leurs fruits dès leur première récolte. Quant à la qualité de l’offre marocaine, les leviers d’améliorations sont recherchés à toutes les étapes de la production. La densification de la palmeraie a concerné les variétés dites «nobles», telles que Majhoul, Boufeggous, Jihel ou Nejda, très appréciées par le consommateur. L’amélioration des techniques de conduite permet de produire des dattes de calibres homogènes et de plus grande taille. Enfin, la mise en place des stations de conditionnement et de stockage permettra d’écouler sur les marchés locaux et internationaux des dattes répondant aux normes de qualité internationale.

Que faites-vous pour la réhabilitation du patrimoine phoenicicole ?
Le Projet contribue définitivement à la préservation du patrimoine phoenicicole. Le nettoyage des touffes de palmier dattier concerne des variétés de haute valeur marchande qui sont très prisées par le consommateur. Cette opération a mis à la disposition des bénéficiaires concernés des rejets qui ont été transplantés au sein des palmeraies.
Cette action sera poursuivie par le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime, département de l’agriculture, pour couvrir davantage de superficies. Le potentiel des touffes qu’il reste à nettoyer diminue au fur et à mesure de l’exécution de ces actions.
A l’image du nettoyage des touffes, cette opération met à la disposition des bénéficiaires des variétés de haute valeur marchande, en l’occurrence Majhoul, Boufeggous et Bousekri et la variété Nejda, développée par la recherche agronomique, qui a la particularité de bien résister à la maladie du Bayoud (la fusariose du palmier dattier). Ce programme sera également poursuivi à plus large échelle par le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *