Plan Maroc Vert : Un programme taillé sur mesure pour Doukkala-Abda

Plan Maroc Vert : Un programme taillé sur mesure pour Doukkala-Abda

Le Plan Maroc Vert voit grand pour la région de Doukkala-Abda. A l’Agence pour le développement agricole (ADA), on a identifié 96 projets potentiels dont 83 projets pour le pilier I et 13 pour le pilier II du Plan Maroc Vert. Le plan régional prévoit en premier une remise à niveau de la filière céréalière. Cela passera, entre autres, par un programme d’investissement d’agrégation productiviste pour le stockage, les semences et les engrais. Même ambition pour la production végétale (Voir tableau). Il est question donc d’une augmentation de la production des céréales d’automne de 54% au niveau des zones à haut potentiel de production et de l’intensification de la production du maraîchage de primeurs destiné à l’export au niveau de la zone côtière et la grande hydraulique en vue d’augmenter les exportations actuelles de 17 fois. Parmi les objectifs du Plan Maroc Vert pour la région de Doukkala-Abda, le maintien de la superficie de la betterave à sucre avec une amélioration de la production de 34%, le développement de la production des raisins de table en grande hydraulique sur 5.000 hectares ainsi que l’intensification de la production des légumineuses alimentaires en rotation avec les céréales d’automne pour multiplier la production actuelle par cinq. «Les niveaux de production escomptés restent limités par rapport aux ambitions de la région en raison du caractère structurel de la sécheresse et la régression continue des ressources en eau de surface et souterraine», explique-t-on à l’ADA. En ce qui concerne la production animale, le plan agricole régional reste très ambitieux. A l’horizon 2020, la production laitière devra augmenter de 47% et ce à cheptel constant. A l’Agence pour le développement agricole, on tient à souligner que ce niveau reste en deçà des ambitions de la région en raison de la régression des ressources en eaux de surface et souterraine qui sont indispensables pour la production des fourrages verts. Sur la même tendance haussière, la production des viandes rouges bovines devra être multipliée par 2,3 à terme et celle des viandes de volaille de 90%. Pour sa part, la production de miel devra être multipliée par cinq à terme au niveau de la zone côtière.
Par ailleurs, le plan agricole régional prévoit des projets et des actions transversaux. Il s’agit du programme national d’économie d’eau en irrigation, de la mobilisation des eaux d’Oum Rbia pour la sauvegarde de la zone maraîchère de Chtouka et de l’immatriculation groupée des propriétés agricoles. Il est question aussi de l’épierrage des terres, la formation professionnelle agricole ainsi que la contribution dans l’alphabétisation des populations rurales et dans la promotion de la femme rurale.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *