Programme de reconversion des cultures au Gharb

Programme de reconversion des cultures au Gharb

Le ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime s’attaque aux effets des inondations dans le Gharb. Le département de Aziz Akhannouch a mis en place, le mois de février dernier, un programme de reconversion des cultures au profit des agriculteurs de la région du Gharb touchée par les inondations. Cette initiative s’inscrit dans le cadre d’une batterie de mesures visant à atténuer les effets des inondations provoquées par les pluies diluviennes qui se sont précipitées dernièrement dans la région. L’objectif de cette démarche étant de sécuriser le revenu des agriculteurs sinistrés par les précipitations. Le département de l’Agriculture a mobilisé, dans ce sens, une enveloppe budgétaire de 99 MDH pour financer le programme de reconversion des cultures perdues par des cultures de printemps. Cela se traduit, selon le ministère, par la prise en charge de 90% du prix d’acquisition des semences hybrides de maïs, des semences hybrides et populations certifiées de tournesol et des semences certifiées de riz et 60% du prix des engrais destinés à ces cultures. D’après le ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime, la SONACOS a été chargée d’exécuter l’opération de soutien à la reconversion des cultures dans le cadre d’une convention avec l’Office de mise en valeur du Gharb (ORMVAG) et le département de l’Agriculture. En plus de l’opération reconversion des cultures perdues, le plan d’action du gouvernement engage, d’une manière générale, une enveloppe budgétaire de 200 millions de dirhams. En effet, le ministère de l’Agriculture a annoncé plusieurs mesures visant à atténuer les effets des précipitations dans le Gharb. Il s’agit, entre autres, de la poursuite du curage du réseau de drainage des eaux au niveau de la plaine du Gharb suivant un plan d’action triennal prévu dans le cadre du Plan Maroc Vert. Cette opération vise la généralisation du curage de ce réseau, l’entretien des pistes, l’acquisition et la distribution, gratuitement, aux agriculteurs sinistrés de 20.000 quintaux d’orge. Pour garantir la transparence de cette opération lancée au début du mois février dernier, le ministère de tutelle avait précisé qu’un délai devait être fixé pour son exécution. La région du Gharb s’érige en pièce maîtresse du Plan Maroc Vert. A l’horizon 2020, le montant global des investissements dans la région Gharb-Chrarda-Beni-Hssen, dans le cadre de ce plan ambitieux, s’élève à 37,8 milliards DH, selon le Centre régional d’investissement, dont 14,7 milliards DH sont à la charge de l’Etat. Selon la même source, 18,2 milliards DH sont destinés aux projets d’agrégation et 19,6 milliards DH aux projets d’aménagement agricole. Les investissements prévus dans le cadre du Plan Maroc Vert sont destinés à la réalisation de 73 projets dans la filière végétale, 40 projets dans la filière animale, en plus des projets d’agrégation. Ces projets devront permettre le développement d’une haute valeur ajoutée au profit de 96.200 agriculteurs et d’une agriculture solidaire au profit de 38.600 agriculteurs.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *