PSIU III: Il y a encore du pain sur la planche

PSIU III: Il y a  encore du pain  sur la planche

Maintenir la mobilisation de l’ensemble des intervenants au sein du dispositif de coordination, capitaliser sur la démarche collégiale utilisée pour la mise en œuvre du code de la route et dynamiser et responsabiliser les instances chargées de piloter le contrôle routier et l’application des sanctions. Ce sont là les trois objectifs du Plan stratégique intégré d’urgence (PSIU) III pour la période 2011-2013.
Le PSIU III de la sécurité routière s’articule sur plusieurs axes. À mi-chemin, Aziz Rabbah, ministre de l’équipement et du transport, fait un bilan d’étape.  En ce qui concerne l’axe législation, il y a encore du pain sur la planche. «Après 21 mois de l’entrée en vigueur du code de la route, des difficultés de mise en œuvre de certaines dispositions ont été enregistrées. À ce titre, le ministère a lancé depuis avril 2012 une large concertation avec ses partenaires (représentations professionnelles et syndicales, ministères et administrations concernés, Parlement, etc.) pour recueillir leurs propositions d’amendements desdites dispositions. Un projet de loi modificatif sera incessamment élaboré et mis dans le circuit d’approbation», annonce à ALM Aziz Rabbah, ministre de l’équipement et du transport. Dans l’axe développement de l’enseignement de la conduite et examen de permis de conduire, il y a quatre ambitieux projets. Il s’agit du basculement de l’examen collectif par boîtier à un examen individuel sur écran tactile. L’adoption du cahier des charges relatif à l’ouverture et l’exploitation d’un établissement d’enseignement de la conduite. L’élaboration d’un contrat-programme entre le ministère et la profession de l’enseignement de la conduite. Et enfin, la mise en place de la saisie en ligne et la prise de rendez-vous pour l’examen du permis de conduire. Parmi les axes primordiaux du plan stratégique Intégré d’urgence 2011-2013, il y a les infrastructures et les voiries urbaines avec, entre autres, la poursuite du programme spécifique de mise à niveau de la signalisation routière et des équipements de sécurité étalé sur 2 ans (2011-2012), le traitement de 120 points noirs, la construction de 30 km de murets de protection, l’aménagement de 120 km de voies cyclables et de 90 km de voies latérales.
Dans le chapitre du contrôle et sanction, le département de tutelle poursuit l’acquisition des équipements et de la formation des agents de contrôle pour la montée en charge de l’activité de contrôle et travaille sur l’extension du réseau des radars fixes pour le contrôle automatisé de la vitesse. Il y a aussi la poursuite de la mise à niveau du contrôle technique et l’extension du réseau des centres de contrôle technique à travers la création d’un quatrième réseau après appel à concurrence. Il y a également le chantier de l’externalisation du dispositif de constatation automatique des infractions avec l’adjudication en 2013 d’un concessionnaire.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *