Quand les écoles privées s’ouvrent à l’international

Quand les écoles privées s’ouvrent à l’international

Obtenir un diplôme des écoles étrangères sans s’être obligé de quitter le Maroc, c’est désormais possible grâce à l’offre de la double diplômation. La signature des accords de double diplômation entre les écoles privées marocaines et les universités et écoles étrangères se fait de plus en plus à la mode. Cette possibilité permet aux jeunes étudiants de faire des études approfondies et d’obtenir à l’issue de leurs études, en plus du diplôme marocain, un diplôme étranger dans la spécialité choisie par l’étudiant. Une formule magique «deux en un». En effet, les écoles privées marocaines continuent à élargir leur réseau de partenaires dans le cadre des stratégies d’ouverture à l’international. Les instituts d’enseignement privé n’échappent pas ainsi aux effets de la globalisation, contrainte de la concurrence rude l’exige. Ceci dit, en cette période d’été, pas moins d’une dizaine de jours après l’annonce des résultats du Bac, les affiches publicitaires sont lancées en grande pompe mettant en valeur un tel ou tel diplôme d’une quelconque établissement privé, garni d’une offre du double diplôme bien attirant. Un argument publicitaire très convaincant. L’engouement pour cette offre se fait remarquable. Ainsi et comme à l’accoutumée, au début de la prochaine année scolaire, les étudiants qui s’inscriront dans des instituts d’enseignement privé adoptant le système du double diplôme, devront choisir entre cette option ou bien se contenter du diplôme marocain. Généralement, si les frais de scolarité auprès du secteur privé sont de l’ordre de 40.000 DH/an pour l’obtention d’un diplôme marocain, la double diplômation se fait à environ 45.000 DH/an. En plus, l’accès à cette option n’est pas ouvert à tout le monde. En effet, des concours sont organisés chaque année par les instituts d’enseignement pour séléctionner parmi les étudiants ceux qui seront capables de suivre le rythme. Dans le cadre du double diplôme, des cours sont dispensés par des professeurs étrangers détachés de l’université ou l’école partenaire. Outre le va-et-vient des professeurs étrangers, les écoles privées prévoient l’option de l’échange qui consiste à dépêcher un certain nombre d’étudiants à l’étranger auprès de l’école ou l’université partenaire. L’offre de la double diplômation est, par ailleurs, la solution idoine aux étudiants désireux de poursuivre leurs études à l’étranger et qui n’arrivent pas à décrocher un visa d’études. Ainsi, si les étudiants ne vont pas vers les écoles, ce sont les écoles de notoriété internationale qui iront vers les étudiants. Ces derniers temps, la double diplômation n’est plus la chasse gardée des écoles privées. Les universités et écoles publiques s’y mettent de plus en plus, avec la mise en place du système Licence-Master-Doctorat (LMD), dans le cadre de la réforme du secteur de l’enseignement. Ceci étant, l’on est de plus en plus convaincu que la formation puisant à plusieurs sources n’est en mesure que de produire «une tête bien fête», au lieu «d’une tête bien pleine».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *