Qui est Henri Dubois-Roquebert ?

Installé à Rabat en 1932, le Docteur Dubois-Roquebert était ancien chef de clinique chirurgicale de la faculté de médecine de Paris. Il était membre correspondant de l’Académie de médecine et associé national de l’Académie de chirurgie. Le Docteur Dubois-Roquebert s’est constamment efforcé de rester un technicien. Les soins qu’il fut appelé à donner, en 1937, au futur Roi Mohammed V, furent à l’origine de la longue amitié qui les unit tous deux. Le Docteur Dubois-Roquebert passe à juste titre pour avoir été le plus ancien et le plus intime ami français du Roi disparu. Il ne fut jamais pour celui-ci, contrairement à ce qui a été dit, un conseiller au sens véritable du mot. Sa présence constante auprès de Mohammed V lui permit, pendant 24 ans, d’assister à l’évolution des relations franco-marocaines. Ayant connu le Maroc d’avant-guerre, il fut le témoin de l’attitude du Sultan au moment de la déclaration de guerre, alors que des prières étaient dites dans les mosquées pour la victoire de la France. Ayant vécu au Maroc les années d’armistice, assisté au débarquement des alliés, il assista, en 1944 aux premières manifestations des mouvements nationalistes, qui devaient provoquer en 1947 le fameux discours de Tanger. Ayant accompagné le Sultan du Maroc, au cours de ses voyages officiels à Paris, en 1939, 1945 et 1950, le Docteur Dubois-Roquebert assista à la lutte qui devait opposer le Palais à la Résidence Générale. Il se trouvait encore aux côtés du Sultan le 20 août 1953, un heure avant que celui-ci ne fût déposé. Il effectua auprès de la famille royale en exil plusieurs séjours en Corse et à Madagascar. Le Sultan Mohammed V ayant réussi à soustraire les liquidités composant sa fortune du séquestre de l’autorité française, confia ces dernières au Docteur Dubois-Roquebert qui les géra durant toute cette période. Ceci permit à la famille royale de faire face à ses besoins matériels quotidiens et d’organiser la défense de ses intérêts personnels par le biais de deux avocats parisiens. Après la disparition tragique du Roi Mohammed V, Sa Majesté Hassan II lui fit l’honneur de le reconduire dans ses fonctions de chirurgien particulier. C’est de ce poste privilégié qu’il put assisté à la métamorphose d’un jeune prince en un chef d’Etat moderne chevronné, depuis 1961 jusqu’au moment de sa mort sous les balles de mutins lors du coup d’Etat manqué au palais de Skhirat le 10 juillet 1971. Cette mort répondait ainsi dans son essence aux désirs de ce grand artisan de l’amitié franco-marocaine. Elle survenait en effet, comme il le souhaitait, sur cette terre qu’il aimait tant et à laquelle il consacra totalement sa vie au service de la famille royale et de ses patients. Le Docteur Dubois-Roquebert avait été promu Commandeur de l’ordre de la Légion d’Honneur, Grand Officier dans l’Ordre du Ouissam Alaouite, Commandeur dans l’Ordre du Trône Chérifien et Officier du Ouissam du Loyalisme.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *