Renault : Clio RS/S/Exception

Renault : Clio RS/S/Exception

C’est le cas de la Clio Exception : une série limitée qui fête le vingtième anniversaire de la citadine polyvalente du losange. Au menu : un «badging» spécifique (20 TH) à l’extérieur comme sur le dos des sièges, des jantes alu spécifiques de 15’’ et une sellerie surpiquée. Le tout associé à une dotation intéressante (clim auto, 8 airbags, régulateur de vitesse…), sur les deux versions de ce modèle (1.2 essence de 75 ch et 1.5 dCi de 80 ch). Ce sont d’ailleurs les mêmes moteurs de la deuxième nouveauté dans cette gamme, la Clio S. Cette dernière se veut un tantinet plus sportive par son accastillage lequel fait généreusement appel à du blanc sur plusieurs de ses éléments spécifiques (jantes alu, console centrale, becquet de toit, lame inférieure du bouclier avant). Mais la palme de la sportivité revient en toute évidence à la Clio RS. La petite sœur de la Mégane RS, sera indubitablement l’une des belles pièces du salon en attendant d’aller faire la joie de celui qui l’achètera. Et pour cause, ce jouet pour adulte déborde de puissance avec son 2.0 litres de 200 ch, associé à une boîte manuelle à 6 vitesses. Une mécanique de pointe, relié à un châssis et des trains roulants affûtés (jantes de 17’’, freins surdimensionnés…) et surveillée de près par tout un arsenal (ESP, ASR, ABS avec répatiteur…). Bref, la Clio RS mérite largement d’être inscrite en haut du tableau des petites sportives du moment. Mais qui a dit que les Clio manquaient de peps ?


Skoda : Yeti

Résolu à donner à la marque Skoda la place qu’elle mérite sur le marché, son importateur (la Centrale Automobile Chérifienne) poursuit l’élargissement de sa gamme. Dernier-né de celle-ci, le Yeti profite lui aussi de l’Auto-Expo pour faire son avant-première. Long de 4,22, ce crossover compact joue la carte du style atypique et à l’opposé des tendances du moment. Un peu comme le Roomster auquel il emprunte plutôt les principaux éléments intérieurs. À commencer par le système Varioflex qui autorise une modularité poussée des sièges arrière à travers une manipulation facile. En attendant le quatrième trimestre, date effective du lancement du Yeti, l’importateur de Skoda a déjà figé les configurations qui seront proposées et commandées dès le salon. Il s’agit de la version 2.0 TDI 140 qui sera proposée en deux finitions bien équipées : Ambition (ABS, 8 airbags, ordinateur de bord, climatisation, jantes alu 16’’…) et Experience (ESP, radar de recul, clim auto bizone, toit panoramique, régulateur de vitesses, sellerie cuir/alcantara, sièges avant électriques, jantes alu 17’’…).


Volkswagen : Amarok

À chacun son attraction sur le stand Volkswagen. Au moment où certains seront en train de passer commande de leur Touareg ou Tiguan, affichés à des prix promotionnels, d’autres s’arrêteront sur ce même stand pour découvrir et admirer l’Amarok. Qu’est-ce au juste ? Une sorte de pick-up king size et à double cabine, un peu comme ces trucks dont les Américains raffolent. C’est d’ailleurs en Amérique du Sud et plus précisément en Argentine que ce véhicule est produit par VW. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce mastodonte de 5,25 m de long a de la gueule ! Pourtant, c’est par son moteur que l’Amarok devrait le plus convaincre. En effet, son 2.0 TDI biturbo de 163 ch et accouplé à une boîte manuelle à 6 vitesses lui autorise une belle autonomie : 1.000 km avec un seul plein (80 litres) ! Les prix oscillent entre 255.000 DH pour la version Basic 4×2 et 350.000 DH pour l’Amarok 4×4 Highline, soit la finition la plus chic, habillée de cuir et dotée de suffisamment d’équipements confort (climatisation automatique, régulateur de vitesse, ordinateur de bord…).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *